Fiche technique de Dragon Quest XI :

Dragon Quest XI débarque enfin en EuropeÉditeur : Square Enix
Développeur: Square Enix
Date de sortie : 4 septembre sur PS4 et PC
Type : Aventure
Multi : non
Langue : Japonais sous-titré français

Square Enix, toujours dans la course au parfait RPG, nous délivre cette année Dragon Quest XI sur Playstation 4. Bien que déjà disponible depuis 2017 sur Nintendo 3DS au Japon, cette version arrive à pic sur nos nouvelles consoles puisque le dernier épisode, Dragon Quest VIII est tout de même âgé de 13 ans.

Le scénario de Dragon Quest XI se passe donc de manière tout à fait classique. Après avoir perdu sa meilleure amie d’enfance et avoir vu son village périr, un jeune garçon adopté de son plus jeune âge part dans une quête à travers le monde qui embarquera fatalement le joueur dans une immense map. Immense, impressionnante et jolie, bien que certains espaces semblent avoir été créés pour combler certains espaces entre quelques lieux tant ils semblent vides. Néanmoins, c’est tout de même avec des yeux d’enfants que nous avons pris plaisir, tout au long de notre aventure, à se balader d’un coin à l’autre, à pieds, à dos de créature ou encore à cheval.

Dragon Quest XI propose un joli univers et vivantBien que ne révolutionnant pas le genre RPG, Dragon Quest XI semble pourtant vouloir conquérir le public européen en tâchant de délivrer un maximum de contenu et fan service. Nous avons rencontré de nombreuses créatures qui, grâce à leurs spécificités propres, délivrent une tactique de combat différente à chaque affrontement. Le bestiaire est effectivement développé et chacune des créatures imaginées par Akira Toriyama possèdent un style de combat unique. Le système au tour par tour est en définitive très classique mais diablement efficace puisqu’il pousse régulièrement le joueur à se creuser les méninges, en particulier lors des affrontements de boss qui, en plus de posséder  une tactique offensive particulière, font mal… très mal! Notons également qu’il est possible de réaliser des combos entre 2, 3 ou 4 personnages selon les capacités apprises.

Dragon Quest XI, accessible à tous?

Outre le combat design très prenant, le monde de Dragon Quest XI plaira aussi aux joueurs découvrant la série. Le scénario est en effet construit de manière à amener le joueur à découvrir la franchise, mais s’avère aussi jouissif pour les adorateurs. Les clins d’œil à la série sont en effet légion, que ce soit en rapport avec la série TV comme la franchise de jeux vidéo. premièrement, nous avons constaté que le scénario de Dragon Quest XI n’était pas rectiligne et se divisait plutôt en chapitre représentant chacun une quête à accomplir, un peu à la façon de la série animée. Néanmoins, comptez près de 50 heures de jeu pour compléter l’aventure, sans s’attarder sur le vaste monde du jeu. Celui-ci cache en effet des dizaines de secrets et trésors répartis sur un agglomérat de zones liées entre-elles et s’étalant sur plusieurs kilomètres. Il n’y a pas à dire, Dragon Quest XI est complet, dense et riche en activités. Par ailleurs, d’autres éléments comme les Slime de métal, les sorts de familiers ou encore les mini-médailles nous rappellent les précédents opus vidéoludiques.

Oui, l’univers du jeu est donc accessible à tous, et cible également le public fan de RPG à l’ancienne. C’est aussi du côté de la bande originale du soft qu’on se rend compte de tout l’amour que portent les développeurs pour cette culture jeu vidéo, puisque celle-ci allient des sonorités 8-bit à des musiques aussi très riches, rappelant la bonne vieille époque où ce format de jeux régnait en maître.

Un jeu plus vivant que chez Nintendo

C’est peut-être au niveau des dialogues que le jeu semble le plus indigeste. Bien que remplis de petites discussions toutes aussi uniques les unes que les autres, les textes sont extrêmement nombreux, inutiles dans bien des cas mais cette fois traduits en français et accompagné de voix anglaises. L’itération japonaise, conservant ses traditions, ne comprenait effectivement aucune voix et tous les personnages étaient par conséquent silencieux. La changement de démarche pour cette version européenne rend le jeu fatalement plus vivant. Nous pourrions considérer cette décision comme une bonne volonté du studio à venir enrichir Dragon Quest XI et le rendre plus intéressant aux yeux du public occidental, mais l’absence totale de dialogue provenant de notre propre héros rend ces discussions très impersonnelles et entache l’immersion du joueur. Le joueur, en engageant la discussion avec les PNJ secondaires, apprendra quelques petites histoires sympa mais qui ne feront pas réellement avancer le scénario. Si vous avez donc peur des jeux bourrés de textes et dialogues fastidieux, restez sur vos gardes.

Dragon Quest Xi propose un doublage anglaisDragon Quest XI est donc à nouveau un très bon jeu du genre RPG qui plaira sans aucun doute aux fans. Il propose un tas de contenu principal et annexe, un vaste monde et une aventure épique mais ô combien classique. Plutôt bien réussi visuellement parlant, le jeu embarquera les joueurs dans ce qui est certainement l’une des meilleures expériences RPG de l’année, mais ne révolutionne en rien le genre. On regrettera peut-être le manque d’identité du héros qui, volontairement ou non histoire que le jouer puisse s’identifier à lui, ne s’exprimer jamais. Si vous n’avez pas peur des jeux copieux en dialogues, Dragon Quest XI reste une valeur sûre et met en place un combat-design traditionnel mais enrichit par un bestiaire étendu, ce qui est une aubaine pour les fans de la franchise.

Points positifs:

  • Un monde étendu, riche en secrets et activités
  • Un scénario qui prend de plus en plus de sens au fil des chapitres
  • beaucoup de références aux précédents jeux et à la franchise en général
  • Une bande son géniale
  • Une grande richesse d’interactions avec les PNJ
  • De multiples moyens de parcourir le monde, dont les créatures pouvant maintenant servir de montures
  • Visuellement joli
  • Très accessible

Points négatifs:

  • Beaucoup, beaucoup de dialogues
  • Un héros toujours silencieux, au détriment de l’immersion
  • Certaines zones du monde restent très vides
APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
8,5
PARTAGER
Article précédentTom Clancy’s The Division 2: du gameplay en plein Washington
Article suivantSoulCalibur VI : Cervantes et Raphael fuitent
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE