TEST – Warhammer 40,000 Inquisitor Martyr

0

Disponible depuis juillet dernier sur consoles, Warhammer 40,000 Inquisitor Martyr se présente comme un hack and slash à la sauce Warhammer. Très appréciée des joueurs, la franchise Warhammer 40k est donc de retour sur Xbox One et PS4, pour le plus grand plaisir des fans. Mais que vaut le jeu réellement ? La réponse dans ce test !

Seul contre le Chaos

Warhammer 40K Inquisitor MartyrPrésenté comme un action-RPG et hack and slash, Warhammer 40,000 Inquisitor Martyr nous plonge dans le secteur Caligari. Se déroulant durant le 41ème millénaire, le joueur est immergé en pleine guerre envers l’infâme et célèbre Chaos, qui a littéralement infesté tout le secteur. Ne tournons pas autour du pot, dès les premières minutes, vous devrez évidemment pas la phase de création du personnage. Et, celle-ci est assez simple. En effet, vous aurez simplement le choix entre trois classes : le Croisé-tank (attaques à distance), l’Assassin-rogue (corps à corps) et le Psyker-mage (Monsieur « Bourrin » par excellence). Une fois ce choix réalisé, vous incarnerez donc un inquisiteur mandaté par l’Empereur pour purifier exterminer les démons du Chaos se trouvant dans ce secteur de l’espace. C’est à partir de ce moment que le carnage débutera réellement. Du Warhammer tout craché quoi… Notez que, côté personnalisation des héros en cours de jeu, Neocore a été très généreux en nous proposant une personnalisation importante et ce, sans nuire de près ou de loin à la franchise.

Et nous pesons nos mots ! En effet, le titre de Neocore reste en tout point fidèle à la franchise de Games Workshop. Dès les premières minutes de jeu, on ne se surprendra pas à dégommer, taillader, décapiter et démembre d’innombrables « fidèles » du Chaos. Les massacres s’enfilent d’ailleurs à la pelle. Pour ceux qui adorent ne pas passer par quatre Warhammer 40K Inquisitor Martyrchemins, ou qui préfères l’action à la réflexion, le jeu est sans nul doute fait pour eux ! Quant à l’environnement, celui-ci est sombre à souhait. Sang, fluides gluant, tout y est pour passer des moments inoubliables. Notez qu’il ne s’agit pas, ici, de propose négatif puisque le jeu respecte à merveille l’univers gothique et fantastique de Warhammer 40K. Les fans seront donc contents.

Un gameplay pourtant peu convaincant

Si, graphiquement parlant, Warhammer 40,000 Inquisitor Martyr s’en sort plutôt bien (nous avons quand même pu noter quelques saccades en présence d’un trop grand nombre d’ennemis dans une même zone), le gameplay est peu convaincant. En effet, le ciblage des ennemis est très aléatoire, à tel point qu’on se retrouve souvent à attaquer la mauvaise cible. Si cela ne pose encore pas trop de problèmes lors des phases d’exploration, on est vite mis en difficulté lors des combats de boss. Ceux-ci étant accompagnés d’une horde de créatures, ce ciblage aléatoire ne rend pas particulièrement les choses aisées.

Warhammer 40K Inquisitor MartyrUn autre point négatif du gameplay se révèle dans l’utilisation de l’inventaire. Comme dans tous les RPG, celui-ci est d’une important capitale. Le problème, c’est qu’il manque très clairement de clarté. Concrètement, on passe sans cesse son temps à spammer les touches d’attaques et d’aptitudes spéciales. Et c’est notre équipement qui définit ses actions spéciales. Dès lors, vous comprenez très vite qu’il faudra absolument prendre le temps de choisir précieusement son équipement avant n’importe quelle mission. Le temps passé dans les menus de l’inventaire est donc considérable. Le manque de clarté de l’inventaire se ressent alors particulièrement et il est assez complexe de s’y retrouver. En outre, les menus sont vites monotones et ne donnent alors pas du tout envie d’y rester trop longtemps ou d’y retourner. C’est dommage, étant l’une des composantes les plus essentielles du jeu, les menus auraient mérités davantage de minutie et d’attention. Quant aux objets, ceux-ci s’obtiennent très facilement et sont relativement nombreux et variés. Toutefois, au bout de quelques heures de jeux, ils commencent à tous se ressembler et un sentiment de répétitivité s’installe rapidement.

Warhammer 40K Inquisitor MartyrUn répétitivité à toute épreuve

En parlant de répétitivité, je pense qu’il convient d’écrire un point là-dessus. Il faut savoir que ce sentiment ne se ressent pas uniquement dans les objets, mais aussi à travers le bestiaire proposé et les missions à remplir. En effet, les ennemis se ressemblent tous et les missions, bien que nombreuses, sont extrêmement répétitives, de même que les niveaux eux-mêmes. Ainsi, on vous demandera souvent de se frayer un chemin pour trouver des indices, repousser des vagues consécutives de viles créatures du Chaos ou encore libérer des otages. C’est à peu près tout, et au bout de quelques heures de jeu, un sentiment de lassitude commence à s’installer. Le jeu manque, pour ainsi dire, d’un peu de « peps ». Pourtant, ce n’est pas l’univers de Warhammer 40K qui manque d’idées. Bien souvent, on se retrouvera à enchaîner les missions dans le seul et unique but de level-up notre personnage en engrangeant de l’xp.

Bourrinage, bourrinage, quand tu nous tiens…

Warhammer 40K Inquisitor MartyrOn l’a déjà expliqué : Warhammer 40, 000 est un jeu ultra bourrin. Cet aspect-là est plutôt positif, car cela colle extrêmement bien à l’univers Warhammer. Toutefois, ce parti pris induite inéluctablement une conséquence directe : le titre manque d’un aspect tactique. Tout le jeu se résumera à enchaîner les missions et tuer, tuer et encore tuer les vagues d’adversaires qui viendront se frotter à nous. Néanmoins, Neocore a quand même essayer de résorber le problème en incluant un système de couverture. Ce dernier permet, certes, d’apporter un semblant de diversité. Il n’en est pourtant rien. En effet, le système n’est, en fi de compte, pas réellement efficace et on se retrouvera dans la plupart des cas à privilégier l’approche violente. Généralement, on se contentera de choisir entre les attaques à distance, le corps à corps, ou la fuite. Côté difficulté, il convient de noter que le jeu n’est pas particulièrement difficile, mais qu’on a affaire à certains moments retors quand même.

Un diablo-like « monde ouvert » ?

Warhammer 40K Inquisitor MartyrLes développeurs avaient déjà, depuis longtemps, annoncé la parenté de Warhammer 40,000 Inquisitor Martyr. Celui-ci se veut être un hack and slash dans la lignée de Diablo III et d’autres cadors du genre. Néanmoins, force est de constater qu’on est face à un diablo-like quelque peu bâclé. Depuis le début, le jeu est vendu comme un jeu à « monde ouvert ». Dans les faits, il n’en est rien puisque cette expression se résume à pouvoir « naviguer » entre les différentes planètes pour sélectionner sa quête. Pour le reste, le titre est assez dirigiste, avec toujours une quête principale à remplir et une ou deux quêtes secondaires avant le retour au bercail (comprenez par-là le vaisseau). Cela se remarque dans le mode solo, mais aussi à travers les autres modes, surtout la coopération en ligne et en local. Si les niveaux sont générés aléatoirement, la liberté attendue n’est guère au rendez-vous. Les missions posséderont toutes le même schéma : arrivée – réalisation des objectifs – retour au vaisseau. C’est dommage, il y avait matière à faire plus.

Warhammer 40K Inquisitor MartyrPoints positifs

  • L’univers Warhammer 40K est très bien respecté.
  • Grandes possibilités de personnalisation sans nuire à la franchise.
  • Une bande sonore correcte.
  • Ambiance et atmosphère « warhammesque ».
  • Du sang, du sang et encore du sang.
  • Bon scénario global, même si il sert plus de prétexte qu’autre chose.
  • Trois classes avec des gameplay différents.
  • VOSTFR.
  • Coopération en ligne et en local possible.
  • Bonne durée de vie…

Points négatifs

  • Les menus qui manquent de clarté.
  • Techniquement en deçà par rapport à ses concurrent.
  • Le système de couverture inefficace.
  • Manque d’esprit tactique par moment.
  • Ciblage trop aléatoire.
  • « Monde ouvert » pas réellement présent/
  • …Mais beaucoup trop répétitif.

SITE OFFICIEL


 

APERÇU DE REVUE
Note globale
6.5
PARTAGER
Article précédentHitman 2 : La jungle se dévoile en vidéo
Article suivant4WeAreGamers est à la recherche de profils particuliers. Êtes-vous l’un d’entre eux ?
Historien belge de formation, je suis un passionné de jeux vidéos et de Star Wars depuis ma tendre enfance. J'ai commencé sur Megadrive avant de découvrir la PS1. Après avoir fait le tour de la Playstation (PS1-PS2-PS3), j'ai décidé de retourner ma veste et je joue actuellement sur Xbox One, Switch, et parfois sur 3DS. Mes jeux favoris sont les jeux action-aventure et les RPG. Pour me suivre : - Gamertag : rforce2 - Code ami Nintendo Switch : SW-6116-2258-9414

LAISSER UN COMMENTAIRE