Onzième opus d’une saga de jeux vidéo maintenant très connue du public, Assassin’s Creed Odyssey reste un des jeux les plus attendus de cette fin d’année. Étant malgré tout globalement fort semblable à l’épisode qui le précédent, le dernier né des studios Ubisoft arrivera-t-il à se démarquer face à Assassin’s Creed Origins sorti l’année dernière? Grâce à notre passage à la Gamescom, nous avons pu mettre les mains sur la sortie la plus importante de l’éditeur français pour cette année. Verdict?

Un premier choix s’impose

Bien que sorti un peu trop tôt pour certains, Odyssey reste très attendu par la communauté de joueurs, et ce en grande partie grâce à la période historique choisie. Ce nouveau chapitre de l’histoire de la confrérie des Assassins nous mène en Grèce antique, en pleine guerre du Péloponnèse. Nous suivrons les traces d’un homme ou d’une femme originaire de Sparte. Le « ou » étant ici très important puisque dans cette nouvelle aventure, il faudra faire un choix entre contrôler Alexios ou Kassandra. Contrairement à l’opus Syndicate, il sera impossible de changer de personnage en cours de partie. Le but étant de s’identifier au héros, le joueur aura donc pour la première fois le choix entre une femme ou un homme, un choix qui influencera toutefois l’expérience de jeu de façon très minime. Cependant, comme nous avons pu le constater dernièrement, certaines phases de la narration peuvent être légèrement différentes selon le héros que vous incarnez.

assassin's creed odyssey

Manette en mains et capuche revêtue, nous sommes fin prêts à affronter tous les ennemis et dangers qui se dresseront devant nous dans cette démo Gamescom. Dès notre arrivée dans le somptueux petit village côtier qui nous est présenté, nous ne pouvons nous empêcher de comparer les décors et textures avec celles d’Origins. Bien que déjà très beau l’an passé, ce nouveau chapitre n’étale pas de grosses améliorations, mais si nous pouvons souligner une meilleure implication dans la modélisation des visages, les textures, mais surtout les jeux de lumière sur les armures et autres décors pour un rendu scintillant. Assassin’s Creed Odyssey est très beau, ce qui montre à nouveau qu’Ubisoft sait y faire avec les open-world. Ceci dit, nous ne sommes de toute façon pas ici pour admirer le paysage et compter les moutons, c’est en guerre que nous partons.

Des influences Origins

Suivant la boussole nous indiquant l’endroit d’une quête, nous nous retrouvons face à une damoiselle en détresse. Un petit changement non anodin fait alors son apparition lorsque nous dialoguons avec cette charmante personne. En effet, les dialogues du jeu son cette fois à choix multiple comme tout bon RPG qui se respecte, histoire d’enrichir le scénario, mais principalement garantir au joueur une aventure qui lui est propre et non-linéaire. Nous n’avons cependant pas assez joué pour savoir si nos réponses ont bel et bien des répercussions dans la trame principale et notre progression. La conversation ne semble pas plaire aux soldats alentour, car peu de temps après, ceux-ci engagent notre tout premier combat pour cette démo.

This is Sparta!

Le gameplay, jusqu’à présent totalement identique à son prédécesseur, est dans les combats agrémentés d’une nouvelle fonctionnalité, les compétences. Non contents de ne plus matraquer la touche carrée comme dans les anciens opus et l’apparition des frappes légères et puissantes avec R1 et R2 (RB et RT) dans Origins, les compétences viennent ici varier le combat design de l’Assassin. Utilisés en combinant l’une des touches: X (A), carré (X), Triangle (Y) et O (B) et la touche L1 (LB), vous obtiendrez quelques combos agressifs, offrant des dégâts non négligeables à vos ennemis ou la possibilité de guérir vos blessures.

Que ce soit une onde de choque dévastatrice ou le célèbre coup de pied spartiate, ces compétences sont à utilisées avec parcimonie, car elles doivent se recharger. Si vous pensiez étaler vos ennemis à coup de sandales dans la face et bien non, cela serait beaucoup trop facile. Les combats sont de ce fait moins réalistes, mais apportent une touche d’originalité et surtout de fun après de longues années à répéter les mêmes enchaînements.

Souquez matelots, souquez!

Une fois nos ennemis au tapis, la demoiselle en pleure nous informe qu’elle est à la recherche d’une autre personne se trouvant dans une forêt d’où nul de reviendrait. Héros digne d’un récit homérique, nous galoperons sans tarder à son secours. Cette promenade en foret nous amènera face à une porte scellée très certainement créée par la première civilisation. La clé pour l’ouvrir se trouvant bien entendu sur une île voisine, histoire de ne pas rendre les choses trop simples! Mais l’ensemble d’îles entourant le côté continental de la Grèce implique forcément des voyages en bateau. Une fois au poste du capitaine, on se rendra vite compte que l’on est loin de la maniabilité d’un Black Flag. Comme cela a été le cas dans Origins, il est fort probable que l’on ne passe que très peu de temps à bord de notre rafiot. Ce dernier servira principalement à faire quelques allées et venues, sans pour autant s’engager dans de longues traversées, quelques combats navaux à la clé, nous l’espérons. Une fois arrivée sur l’île et une courte phase d’infiltration, la clé sera enfin en notre possession.

Assassin's Creed OdysseyUn regard suffit

Une fois à l’intérieur du temple, notre héros sera confronté à l’une des créatures les plus iconiques de la mythologie grecque: Meduse la Gorgone. C’est donc un combat sans merci qui nous attend. Non comptant de nous offrir un combat de boss comme il se doit, quelques soldats de pierre viendront agrémenter la durée et la difficulté de ce dernier. Il est temps d’utiliser à bon escient les diverses compétences découvertes précédemment, si ne nous ne voulons pas finir en statue de pierre.

Assassin's Creed Odyssey Medusa

Assassin’s Creed Odyssey est certes moins impressionnant que son prédécesseur, n’ayant aucune grande nouveauté à apporter à la franchise, mais il semble cependant être une très bonne continuité, avec ces quelques modifications de gameplay et sa période historique très intéressante. Pour en découvrir davantage, il faudra attendre le octobre prochain pour la sortie du soft sur Playstation 4, Xbox One et PC.


SITE OFFICIEL D’ASSASSIN’S CREED ODYSSEY


 

APERÇU DE REVUE
NOTRE ATTENTE
PARTAGER
Article précédentXbox Games with Gold : les jeux de septembre connus
Article suivantV-Rally 4: la liste des voitures est connue
La licence qui m'a fait passer du côté obscur est Assassin's Creed, qui est jusqu’à présent ma franchise préférée avec The Witcher et Destiny. La chose la plus importante pour moi est de partager ma passion avec toutes les personnes qui m'entourent. Les jeux vidéo font à présent entièrement partie de ma vie, que ce soit dans les hobbies ou ma profession.

1 COMMENTAIRE

  1. J’ai complètement lâcher le dernier assassin parceque l’histoire ne me passionnait pas, que je n’avais aucune empathie pour le héros et que je ne trouvais rien d’intéressant a faire dans le monde pourtant énorme. Je garde un oeil sur le odyssey mais la présence de fantastique éloigne l’intérêt du jeu, pour ma part. Et puis fuck l’histoire du présent aussi….

LAISSER UN COMMENTAIRE