TEST – Octopath Traveler

0

Fiche technique d’Octopath Traveler :

Éditeur : Square Enix
Développeur:
Square Enix
Date de sortie :
13 juillet 2018 sur Nintendo Switch
Type :  J-RPG
Langue : Anglais sous-titré français

Sorti le 13 juillet dernier sur Nintendo Switch, Octopath Traveler était sans nul doute le jeu le plus attendu de ce mois sur la console hybride de Nintendo. Se présentant comme un J-RPG pure souche, serait-ce un coup de génie de la part de Square Enix ? La réponse dans ce test !

Et de huit

Avant de se pencher sur un aspect plutôt technique, intéressons-nous au cœur d’Octopath Traveler : le scénario. En effet, le titre vous proposera de choisir un aventurier pour démarrer votre aventure. La bonne nouvelle, c’est que chaque héros possède sa propre histoire, son propre profil et son propre passé, offrant de cette manière une possibilité de rejouabilité foncièrement importante. Concrètement, ce sont huit aventuriers différents qui s’offrent à vous :

  • Primrose : la danseuse du lot qui décide de fuir son bordel pour partir dans une quête vengeresse dont le but est de tuer les assassins de ses parents.
  • Alfyn : l’apothicaire, qui souhaite partir à l’aventure pour gagner de nouvelles techniques de soin.
  • Olberic : le tank de la bande ou le preux chevalier trahit par son seigneur et qui s’est positionné en défenseur des habitants.
  • Tressa : la marchande qui quitte son foyer pour explorer de nouveaux horizons.
  • Cyrus : l’érudit à la recherche d’un ancien manuscrit.
  • Ophilia : prêtresse d’un mystérieux ordre.
  • H’aanit : la chasseuse qui part à la recherche de son vieux maître porté disparu.
  • Therion : le voleur dont l’ambition n’a d’égale que sa soif de richesse.

OctopathVoilà une richesse scénaristique qui devrait en convaincre plus d’un. Par contre, force est de constater que nous sommes en face de véritables clichés du genre tels que l’orphelin ou encore la vengeance. Toutefois, nous pouvons passer outre ce fait étant donné une écriture aux petits oignons et ce, malgré quelques défauts. En effet, au fur et à mesure de notre avancée dans l’histoire, on est vraiment dans l’attente d’un dénouement final qui n’arrive jamais. C’est dommage étant donné le degré relativement élevé de la narration. Par ailleurs, Octopath Traveler laisse réellement une place importante à nos choix. En effet, la profondeur narrative du titre dépendra des choix effectués, notamment dans le recrutement des compagnons d’armes. Concrètement , quatre compagnons suffiront pour voir le bout de l’histoire. Libre à vous d’aller plus loin en embauchant plus de frères d’armes. D’ailleurs, il faut noter que des dialogues ont souvent lieu entre les différents personnages, à l’instar d’un Tale of. Quant à l’histoire principale, elle se découpe en chapitres propres à l’aventurier choisi. Dès lors, libre à vous de rusher pour terminer la trame rapidement ou de prendre votre temps pour faire les histoires de vos compagnons. Néanmoins, il existe des limitations afin de vous pousser à ne pas uper trop vite et ce, via les niveaux. En effet, une fois un chapitre terminé, la world map vous indiquera précisément où se déroulera les prochaines actions. Or, pour y parvenir à bon escient, vous devrez monter dans les niveaux pour rester compétitif. Un bon dosage, donc.

les combats au cœur du gameplay

Dans Octopath Traveler, les combats occupent une place primordiale. En effet, ceux-ci vous permettent d’engranger de l’expérience et d’amasser du butin. Enfin, amasser est un bien grand mot. En effet, ne pensez pas que vous pourrez sortir des combats tout en étant riche. Une chose est sûre, avec ce titre, Square Enix a voulu de faire de nous des radins. De fait, concrètement, l’argent récolté ne vous permettra pas de faire des folies en ville pour équiper tous vos banbins compagnons d’armes. Vêtements, armes, tout y passe. Dès lors, oubliez l’idée d’acheter suffisamment pour équiper tout le monde. Si vous voulez tous les contenter, il faudra faire des concessions dans la qualité de l’équipement acheté. Sinon, pas le choix, il faudra faire preuve de favoritisme assumé. Après-tout, vous ne combattez qu’avec un quatuor. Heureusement, les ennemis loot relativement facilement de belles pièces, ce qui vous permettra de combler les manques et d’épargner un peu.

Octopath TravelerJustement, le fait de combattre uniquement à 4 nous oblige, de nouveau, à faire des choix. A ce sujet, chaque combattant ayant ses propres sorts, armes et capacités, il faudra choisir en conséquence et de sorte à rendre le tout le plus complémentaire possible. Dans ce cadre, il faudra faire preuve d’un esprit stratégique afin d’être le plus efficace possible En effet, les adversaires sont justement sensibles à certaines armes, magies ou capacités, d’où la nécessité de choisir à bon escient. L’exploitation de ces failles vous permettra d’occasionner véritablement de vrais dégâts. Un système qui n’est pas sans rappeler un certain Final Fantasy XIII. On l’aura compris, les combats requièrent une bonne dose de stratégie, qui n’est pas sans déplaire. On notera aussi la présence d’une icône de bouclier présent sur les adversaires et qui sert d’indicateur pour savoir combien de coup nous devrons porter pour briser leurs armures. Dans ce cadre, les compétences sont extrêmement importantes puisqu’il faudra les mettre de côté pour les dégainer au bon moment et occasionner un maximum de dégâts. Seul bémol : les classes avancées, qui arrivent un peu trop tard à notre goût. En définitive, elles ne présentent que peu d’intérêt.

Un cumul des coups bien pensé

Un autre élément des combats dont il nous faut absolument parler, c’est l’importance de cumuler les tours. Comme dans Bravely Default, vous pourrez activer une Exaltation après avoir asséné un coup classique. Plus précisément il s’agit de coups supplémentaires cumulables jusqu’à 5 et qui vous permettront d’acculer littéralement vos ennemis. Le principal avantage de cette tactique est l’importance des dégâts occasionnés puisque vous pourrez frapper, par exemple, plusieurs fois avec une arme. Notons que, pour les sorts, ceux-ci sont multipliés par le nombre de coups supplémentaires accumulé. On vous laisse imaginer les dégâts… Cette tactique s’avérera fortement précieuse contre les boss du jeu, relativement coriace.

Une difficulté équilibrée

Question difficulté, le système de levelling adopté par Octopath Traveler n’est guère poussif et intensif. Ainsi, les groupes d’adversaires ont tendance à se mettre au niveau du groupe d’aventuriers. Par ailleurs, si l’un des personnages est à un niveau inférieur par rapport à ceux de ses amis, quelques affrontements suffiront à rejoindre ses camarades. Autant le dire tout de suite, la progression se veut fluide, cohérente et, surtout, se module selon le groupe composé. Quant aux boss, quelques pétages de plomb auront bien étant donné la difficulté de certains boss, ajoutant plus de challenges au titre.

OctopathLe point d’orgue : un univers envoûtant

Enfin, terminons ce test avec ce qui est probablement LE point principal du jeu. En tous cas, il s’agit de celui le plus attendu et ce, depuis le début : l’univers et les graphismes. Pixelisant et rétro à souhait, la direction artistique d’Octopath Traveler est assumée. Et, franchement, cela fonctionne à merveille. Fruit de la profondeur du Unreal Engine 4 et d’une trajectoire pixel art, le titre de Square Enix dispose d’un charme rétro digne des plus grands J-RPG. De manière générale, l’univers nous envoûte rapidement. Mais, malgré la variété des décors proposés, nous sommes forcés de constater une certaine forme de répétition. En effet, les sprites des bâtiments, des bourgades et des sentiers sont vite dupliqués, nous donnant une sale impression d’être lassé. Heureusement, les environnements sont assez variés pour nous permettre d’être encore surpris. Pour le reste, les décors sont excellents et la pâte graphique est sublime. On regrettera le manque d’une composition musicale mémorable, digne des plus grands jeux du genre. Seul à la composition, Yasunori Nishiki aura su tout de même nous proposer des thèmes musicaux de qualité et variés, certes, mais aucun n’est réellement mémorable.

Points positifs :

  • Huit personnages qui possèdent des histoires très variées
  • Un univers au top et envoûtant
  • Des classes interchangeables, offrant beaucoup de libertés
  • Un système de combat profond et stratégique
  • Une difficulté bien dosée
  • Une bande-son variée
  • Une excellente cohabitation entre graphismes 8-bit et profondeur de l’Unreal Engine 4
  • Des environnements diversifiés

Points négatifs :

  • Trop de clichés
  • Mauvais équilibrage entre les phases d’exploration et de narration
  • Levelling parfois obligatoire
  • Trop de répétitions au niveau de certains sprites, particulièrement en ville
  • Les classes avancées arrivent trop tard
  • Travelling parfois un peu trop mécanique

SITE OFFICIEL


 

LAISSER UN COMMENTAIRE