Ces dernières années, les ventes de CD et DVD au format physique ont chuté de manière drastique. Nous pouvons de manière logique lier cette tendance à l’augmentation de l’utilisation de plateformes de téléchargement et streaming.

Le site américain billboard rapporte que les ventes de CD ont diminué de 18,5% l’année passée selon les récents chiffres du pays, forçant notamment la chaîne de vente Best Buy à retirer purement et simplement les CD des rayons de ses magasins à partir du 1er juillet 2018.

Cette diminution au profit de Deezer, Spotify ou encore Amazon Music qui voient leurs chiffres augmenter de mois en mois, mais aussi aux téléchargements digitaux sur iTunes ou Google Music par exemple. Cette tendance s’applique bien évidemment aux DVD, dont les ventes ont diminué de 14% aux USA l’an passé, mais aussi aux jeux vidéo sous format physique.

Piper Jaffray, une banque d’investissement américaine, estime par ailleurs que la vente de jeux devrait être presque intégralement digitale d’ici 2022.

Best Buy retire les CD de ses rayons

Le jeu vidéo, un plaisir bientôt 100% digital?

Michael J. Olson, directeur général chez Piper Jaffray ainsi que son collègue analyste Yung Kim ont rassemblé les résultats de ventes physiques et digitales de ces dernières années et ont pu remarquer que la vente du format physique diminuait constamment d’approximativement 10% par année. Suite à cette conclusion, Piper Jaffray s’est exprimé: « Nous croyons qu’il est certain que les jeux vidéo seront pratiquement 100% numériques dans les années à venir, et alors que le timing exact est difficile à déterminer, nous pensons que 2022 est une attente réaliste. » tout en discutant du fait que certains facteurs pouvaient générer des revenus récurrents plus élevés, en ciblant principalement les formules d’abonnement et de streaming.

Plusieurs éditeurs de jeux progresseront de plus en plus dans le domaine du streaming dans les mois et années, peut-être même jusqu’à voir apparaître une génération de consoles intégralement digitale, enregistrant les softwares sur un système de cloud (stockage en ligne). Le Xbox Game Pass sur la console de Microsoft, Origin Acces pour EA, Uplay pour Ubisoft, Steam sur PC et le Playstation Now chez Sony… ces « Netflix du jeu vidéo » sont autant de raisons de les voir disparaître de nos étalages dans un avenir proche.

En plus d’obtenir des facilités dans la gestion des stocks et supprimer de nombreux intermédiaires dans la production et la revente de produits physiques, ces acteurs vidéoludiques garantissent bien entendu des revenus directs et une fidélisation des joueurs par des services d’abonnements à des prix variés.

Les jeux vidéo physiques disparaissent de nos rayonsShadow débarque en Belgique

Dernièrement, Shadow a lancé en Belgique son système de jeu en streaming permettant à ses utilisateurs de jouer à des jeux PC sur n’importe quel écran connecté comme sur une TV, un ordinateur une tablette ou même sur nos petits smartphones avec une qualité similaire aux PC « Gamer » les plus performants du marché. Le rendu de ce service dépend évidemment de la qualité du flux internet du consommateur mais garanti à ceux-ci la possibilité de jouer aux jeux les plus gourmands en ressources avec n’importe quelle gamme de  périphériques. Cela supprime ainsi la contrainte budgétaire de l’évolution perpétuelle des technologies.

Tout ceci vient éclaircir le dernier bilan financier d’une autre des plus grosses chaînes de ventes de jeux américains, GameStop, qui estime avoir perdu 5,5% de ses ventes totales, 2,6% dans ses magasins et 11,6% à l’échelle internationale. Dans le même mois, la presse apprenait que les actions de GameStop avaient chuté de 32% l’année dernière.

Mais cela ne signifie pas pour autant la disparition de toutes traces de cet art dans nos magasins. Nous avons effectivement pu remarquer que beaucoup d’éditeurs proposaient de manière récurrente des éditions collector de jeux vidéo sans la galette traditionnelle, ou du moins avec un code de téléchargement. Nous retrouvons donc des statuettes à l’effigie de jeux englobées  dans un packaging affichant le nom et l’éditeur du soft en question. Ces éditions collectors qui, aux yeux de certains joueurs n’en sont pas réellement, peuvent être une solution pour que les amateurs de format physique et collectionneurs puissent toujours trouver leur bonheur en magasin.

LAISSER UN COMMENTAIRE