Fiche technique de Agony :Agony est dipsonible sur consoles et PC

Éditeur : Madmind Studio
Développeur: Madmind Studio
Date de sortie : 29 mai 2018 PS4, Xbox One et PC
Type : Survival-horror
Multi : non
Langue : Anglais sous-titré

Doté d’un côté artistique particulièrement glauque, Agony a su ainsi marquer les esprits dès son entrée en tant que projet sur Kickstarter en 2016. Rapidement, le jeu fut largement financé par la communauté et débarque deux ans plus tard sur nos consoles de salon ainsi que sur PC pour un prix attractif. Alors que d’un côté la petite équipe de chez Madmind Studio n’en dévoilait pas énormément sur le gameplay de leur nouveau jeu, les bandes-annonce et images ont réussi à elles seules à attirer l’attention des médias et fans du genre horreur. Mais au-delà d’une représentation inédite de l’enfer, le jeu parvient-il à divertir sur la durée?

Le gâteau sans la crème

Si un jeu d’horreur pouvait uniquement se reposer sur un univers glauque et gore, Agony tiendrait sans aucun doute la palme d’or. Ici, vous démarrez immédiatement l’aventure en vue à la première personne aux portes de l’enfer en tant qu’âme perdue dans une enveloppe charnelle. Votre objectif global est assez simple puisque vous devrez durant Agony possède une forte image marketingplusieurs heures trouver un moyen de vous sortir de cet endroit démoniaque. Pour se faire, il est nécessaire de trouver la Déesse Rouge, seule entité à régner en ces lieux et capable de vous aider à vous échapper. Malheureusement pour vous, vous ne serez pas seul et de multiples démons tenteront de déchiqueter, éviscérer ce qui vous sert de corps. D’un autre côté, ce n’est pas vraiment ce qui déclarera le Game Over puisqu’en tant qu’âme, il sera possible de prendre possession d’un des corps de martyrs présents si toutefois vous leur avez enlevé le sec qu’ils portent sur leur tête. Dans le cas contraire, vous reviendrez simplement au dernier point de sauvegarde. En parlant ce ça, le jeu se base sur un système de checkpoint à trois réapparitions successives au maximum et se présentant sous la forme de miroir des âmes disséminées un peu partout dans le jeu. Si cette mécanique ajoute un peu de piment à l’aventure, il est possible de la désactiver dans les menus du jeu pour une aventure moins périlleuse.

Comme dit un peu plus haut, Agony est sans doute le jeu le plus osé en termes de gore. L’intégralité des décors du jeu suinte en effet le malaise et à chaque recoin, de nouveaux éléments répugnants nous donnent la chair de poule. Nous y trouvons des bébés aux têtes de vieillard, des colonnes vertébrales gigantesques en guise de sol, des boyaux et tripes éparpillés, des corps crucifiés de multiples façons, des femmes enceintes mortes… bref, une représentation osée de l’enfer qui s’accompagne d’ailleurs de quelques passages bibliques affichés durant les temps de chargement. Côté sound design, le titre mise principalement tout sur les bruitages par dessus une bande-son un peu décevante. Les Agony est effrayant dans ses décorsbruits de viscères, de râles et cris se succèdent avec une bande-son plus ou moins présente en fonction du danger à proximité. En ce sens, le danger ne peut hélas se présenter que sous 4 formes d’ennemis. Agony ne possède malheureusement pas un bestiaire des plus développés et compte des créatures démoniaques telles que les Onoskelis, le monstre maintes fois mis en avant sur les images marketing du soft. Mais cette bête à la tête de plante carnivore n’est pas seule, des araignées géantes faites de parties humaines, les Succubes et Tscharts vous feront aussi tourner la tête.

DOOM fait profil bas

A partir de là, le gameplay tend plus vers l’infiltration que l’action comme le fait DOOM, son cousin éloigné. Vous n’aurez que rarement l’occasion d’affronter ces démons puisque les trois quarts du temps, vous ne disposerez d’aucun moyen de défense. Votre seule chance sera alors de la jouer discret, retenir votre souffle en présence d’un ennemi pour éviter que celui-ci ne vous repère et fuir, toujours fuir. A ce niveau, Agony montrera assez vite ses limites et la redondance s’installera rapidement.

Les ennemi dans AgonyMalheureusement pour Madmind Studio, Agony confirme nos craintes et nous avait envoyé une image assez faussée de son concept final durant toute sa campagne promotionnelle. Le studio a par ailleurs assuré que le jeu ne serait pas censuré en ce qui concerne la version PC puisqu’un patch serait disponible afin d’y ajouter les parties de scénario pouvant choquer les plus sensibles. Mais c’est peu de temps avant la sortie que les développeurs ont affirmé avoir pu intégrer la quasi-totalité du soft à l’exception de quelques détails de deux des 7 fins possibles, regroupés il y a peu dans une sorte de compilation vidéo destinée à un public adulte (vous voilà prévenus).

Agony, âme égarée du jeu vidéo

Oui, Agony ose ce que beaucoup n’ont pas osé dans le genre horreur avec un concept sortant de l’ordinaire. Le game design est assez sympa, mais en pâti à cause de la qualité graphique qui présente beaucoup de tearing et de scintillante dans les textures qui, elles non plus ne sont pas des plus détaillées. On regrettera aussi un gameplay bien trop basique se contentant d’infiltration et de pauvres luttes à côté d’un soupçon de collectibles à ramasser un peu partout dans le jeu pour donner un prétexte aux joueurs d’explorer l’enfer dans ses moindres recoins. Agony aurait aussi pu être un bon RPG, mais ne délivre qu’un arbre de compétence assez faiblard et n’améliorant pas franchement le gameplay. Sans parler du scénario assez mal exploité, les seuls éléments ajoutant de la difficulté au jeu peuvent être retirés à tout instant dans le menu du jeu, comme si les développeurs ne croyaient pas eux-mêmes en ces ajouts. Une réalisation maladroite juxtaposée à un projet hors du commun ne rend hélas pas Agony incontournable. Proposé à un prix relativement raisonnable, il n’est à conseiller qu’aux joueurs désirant visiter une galerie des horreurs sans se prendre la tête avec des mécaniques RPG compliquées.

Points positifs:

  • Le prix
  • Le jeu offre du gore constamment
  • Une ambiance très pesante

Points négatifs:

  • Un gameplay peu consistant et répétitif
  • Pas beaucoup d’action
  • Un bestiaire assez faible
  • Quelques bugs parfois gênants
  • Du tearing et un rendu moins bon que les démos
  • Ambitieux dans le gore et donc victime de censure

SITE OFFICIEL D’AGONY


 

APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
6
PARTAGER
Article précédentFortnite : Offensive Blitz est là
Article suivantRed Dead Redemption 2 : Les bonus de précommande sont connus
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE