Fiche technique de State of Decay 2 :Fiche technique de State of Decay 2

Développeur: Undead Labs
Éditeur:  
Microsoft
Date de sortie : 22 mai 2018 sur Xbox One et PC
Type : Survival-horror
Multi : co-op
Langue : anglais sous-titré français

Il aura pratiquement fallu attendre 5 ans avant que le studio Undead Labs et Microsoft ne se décident à nous livrer une suite au jeu de survie State of Decay. Aujourd’hui, le jeu débarque dans nos rayons et en version digitale au travers deux éditions distinctes (sans compter le coffret collector réalisé par la société Steelbook), dont l’Édition Ultime donnant un accès anticipé de 4 jours à ses possesseurs.

State of Decay 2 reprend donc le principe Survival-Horror du premier opus et transporte les joueurs dans un vaste monde ouvert post-apocalyptique où les morts-vivants sont légion. Votre aventure démarre avec la création d’une communauté de survivant sur base sur le choix d’un couple de survivants variant par leurs statistiques et aptitudes. Une fois votre couple choisi, comprenez par là qu’aucune personnalisation n’est possible pour vos avatars, vous voilà plongé dans une sorte d’introduction-tutoriel où le jeu vous apprendra les bases de la survie. Après avoir pillé deux ou trois coffres et tué une poignée de zombies, vous débarquez en plein milieu de nulle part dans ce qui sera le début de votre campement.

State of Decay 2 intro

Survival simulator aux mécaniques mal pensées

Le principe devient alors relativement simple. Etant donné que le studio a souhaité établir un jeu de survie plutôt réaliste, vous devrez entretenir votre communauté en leur apportant des matières premières, des soins, matériaux de construction ou encore des munitions. Ces éléments seront une priorité lorsque vous partirez en expédition dans les bâtiments voisins, car ils sont consommés en temps réel par les PNJ qui constituent votre base. Vous partirez donc seul, assisté d’une IA ou en coopération pour dénicher des endroits susceptibles de cacher ces éléments destinés à maintenir en vie  vos compagnons et vous-même. Il faudra donc partir de jour ou de nuit et, dans ce deuxième cas, votre visibilité sera bien entendu assez réduite, mais la luminosité globale du soft est telle qu’il fait noir charbon une fois éloigné des éclairages publics. La visibilité est par conséquent extrêmement limitée et s’en tient presque qu’à la petite zone éclairée par votre lampe de poche, ce qui est très handicapant. Votre vigilance doit alors être redoublée, mais il sera fréquent de se faire surprendre par un zombie à proximité. Pour peu qu’il ne s’agisse pas d’un infecté de la peste rouge, vous ne risquez en principe pas grand-chose. Dans le cas contraire, ces zombies couverts d’une substance rouge pourraient vous causer de graves soucis de santé si vous vous faites mordre plusieurs fois. Il faudra du coup penser à ramener votre personnage à l’infirmerie du campement et prendre le contrôle d’un autre pour lui fabriquer un remède. Que de galères!

A fin d’agrandir votre communauté, ce qui est tout de même me principe du jeu si vous souhaitez évidemment que l’IA contribue à la survie en tenant des potagers, infirmeries ou en réalisant des explorations pour vous, il faudra rendre service à vos voisins ou aux personnes en détresse. Parmi les nombreuses missions principales et secondaires que compte State of Decay 2, certaines vous proposeront de rendre des services à des communautés voisines ou de simples survivants perdus sur la carte. Ces missions, en plus de vous octroyer de l’expérience afin d’augmenter les attributs de vos survivants, vous permettront d’engager de nouvelles personnes dans votre base. Plus votre campement est peuplé de personnes en forme, plus vous avez de chances de réussir votre partie. Dans le cas ou tout le monde meurt pour cause de dépression (oui,oui c’est possible!), de blessure, d’infection de peste rouge ou autre, c’est le Game Over et vous devrez recommencer le jeu à zéro! Autant donc vous préoccuper de vos compagnons, même s’il est parfois extrêmement difficile de résister à l’envier de coller une ou deux bastos dans leur tête.

State of Decay 2 complique les tâches

Alors que nous pourrions trouver l’idée d’exploration assez sympa pour garantir votre survie et celle de vos compagnons, c’est plusieurs mécaniques de jeu qui viendront assez rapidement gâcher le plaisir. Premièrement, les matériaux à entreposer dans la réserve de votre campement ne se trouvent qu’à l’état de sacs de vivres. Dommage pour vous, votre inventaire ne contient qu’un seul emplacement pour ces sacs. Si par malheur vous avez décidé de mener votre aventure en solo accompagné d’une IA, impossible d’ordonner quoi que ce soit à celle-ci pour, par exemple, s’équiper d’un deuxième sac que vous auriezState of Decay 2 screen zombie peste rouge découvert par hasard. Vous pourriez tout aussi bien, comme le jeu le permet, changer de peau et prendre le contrôle de l’autre personnage pour faire la tâche vous-même, mais ici encore, une mécanique mal pensée ordonnera l’abandon de l’objectif en cours. Commence ainsi une longue session d’aller-retours incessant pour remplir vos réserves en rendant le gameplay assez monotone. Le seul moyen de vous en tirer serait peut-être d’utiliser un véhicule abandonné. Mais là, il faudra une fois encore penser à l’approvisionner en essence pour la aire avance. Système logique, mais ô combien mal géré par le jeu. Si la map de State of Decay 2 peut-être qualifiée d’étendue, l’essence se consommera  une vitesse ahurissante et il faudra du coup pensez très régulièrement à refaire le plein grâce à des bidons trouvés dans les bâtiments abandonnés.

Un jeu qui souffre de cruels bugs

Mais ce qui fait véritablement défaut au jeu, c’est hélas les bugs rencontrés durant la partie. Depuis le build de test présenté à la presse un mois avant sa sortie, plusieurs problèmes majeurs semblent avoir été estompés et pourtant…

Lorsque vous utilisez un véhicule, la conduite ne donne pas de réelles bonnes sensations et vous donnera l’impression de piloter une savonnette. Déjà que le plaisir de voyager en voiture ne sera pas des plaisirs les plus exaltants, votre trajet pourra vous dévoiler quelques défauts physiques dans lesquels vous pourriez bloquer votre véhicule vous forçant à l’abandonner rempli de provisions. Mais ce n’est pas tout, c’est avant tout en coopération que les bugs du jeu pourront être une véritable bête noire. Les problèmes de physiques nous ont maintes fois coûté des accidents et du coup des survivants à soigner de traumatismes crâniens et fractures. Déjà que State of Decay 2 n’est pas un jeu très indulgent, ces défauts entacheront lourdement l’expérience de jeu, sans parler des problèmes graphiques au niveau de l’apparition des textures et des mobs.

State of Decay 2 n'est pas un laid jeu

La catastrophe?

Si nous pensions le concept au départ très intrigant, on se rend assez vite compte que State of Decay n’innove en rien le genre survival-horror. Il se contente de piocher des idées déjà exploitées par de multiples autres jeux du genre, et vient même à multiplier les clichés étalés sur les scénarios post-apocalyptiques pour combler un manque de scénario profond et donner un faux fil conducteur à ventre aventure. Sans compter les nombreux bugs qui freine la progression et peuvent littéralement créer un raz le bol chez les joueurs tentant déjà tant bien que mal de survivre à ce monde-ouvert hostile et très exigeant, State of Decay peine à livrer une aventure exemplaire et riche en contenu. Le gameplay ne se contentera bien souvent que de très nombreux allers-retours entre les zones abandonnées et demandera sans cesse au joueur solo de s’occuper d’une bande de PNJ attardés qui ne font qu’enchaîner les gaffes comme s’exposer aux infectés de la peste rouge, se casser quelque chose voir tout simplement perdre des ressources.

Le jeu n’aurait été que plus agréable sans les bugs qui, on l’espère, seront patchés au plus vite, ainsi qu’une amélioration considérable de l’IA. Ainsi, ce second opus ne fait au final que reprendre la recette originale pour y apporter un semblant de nouveautés tout en laissant un amer goût de jeu bâclé. Heureusement qu’il n’est pas vendu au prix plein. Rendez-vous dans quelques mois pour l’état des choses?

Points positifs:

  • Un vaste open-world
  • Des jeux de lumière et textures assez bien travaillés
  • Un gameplay très exigeant, proche de la simulation
  • La peste rouge, un concept sympa
  • Le prix du jeu

Points négatifs:

  • Beaucoup de bugs
  • Une IA à la ramasse
  • Pas de VF
  • Plusieurs mécaniques manquantes pour un gameplay plaisant
  • Un jeu qui n’est vraiment pas à la portée de tous
  • La conduite des véhicules
  • La caméra qui ne facilite pas les combats contre les zombies
  • La consommation excessive d’essence et de matières premières
  • Un jeu qui innove peu

SITE OFFICIEL DE STATE OF DECAY 2


 

APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
6
PARTAGER
Article précédentDays Gone : GameInformer vous montre comment affronter 300 infectés
Article suivantCritique Cinéma – Solo : A Star Wars Story
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE