Fiche technique du Nintendo Labo:

Développeur : Nintendo
Editeur : Nintendo
Date de sortie : 27 avril 2018 sur Nintendo Switch
Type : construction
Langues : français

Le Nintendo Labo est un véritable OVNI du jeu vidéo. Lors de sa première présentation par le géant nippon en janvier dernier, le concept basé sur la construction de « toy-con » en carton en avait étonné plus d’un. Alors que pour les détracteurs la fragilité de l’objet lui ferait grand défaut, les fans de la marque y ont plutôt vu une nouvelle opportunité d’exploiter les fonctionnalités interactive de la Nintendo Switch. Vendus entre 70 et 80€, ces deux packs sont donc aujourd’hui dans nos rayons sans pour autant que monsieur tout le monde ne sache vraiment de quoi il s’agit. Alors parlons temps de construction, solidité et interactivité car le Nintendo Labo est sur toutes les lèvres, mais bien trop souvent sous forme de question.

Le Nintendo Labo, c’est quoi?

Il s’agit de kits de construction en carton dans lesquels viendront se loger la Nintendo Switch et ses Joy-Con. Se présentant sous la forme de planches en carton, les différentes parties constituant les « Toy-Con » (comprenez par là les différentes jeux à monter) se détachent aisément et présentent plusieurs recoins pliables à assembler entre-elles pour former les produits finaux affichés sur la boite commerciale.

Alors que nous pouvons effectivement reprocher la fébrilité du matériaux choisi par Nintendo, la qualité du carton semble très rigide. Toutefois destiné à un public globalement jeune, certaines constructions comprennent assez bien de petites pièces, et c’est là que la délicatesse de l’utilisateur entrera en compte pour le résultat final.

Ces planches de carton à découper viennent également avec la cartouche de jeu (une par pack) ainsi qu’un petit sachet d’élastiques et autres autocollants et ficelles pour le fonctionnement du Toy-Con vis-à-vis des capteurs des manettes de la Nintendo Switch. Car oui, ce sont les capteurs de la console qui feront fonctionner le tout. Il est donc pratiquement inutile de préciser que la justesse du pliage et de l’assemblage reflètera le bon fonctionnement de vos Toy-Con.

Le Variety Kit

Le Variety Kit, coûtant approximativement 70€, propose 5 constructions au joueur. D’une durée de construction variable, le plus petit d’entre-eux ne vous prendra que 10 minutes de temps alors que le plus imposant et certainement le plus délicat, le piano, demandera tout de même plus de 2 heures de concentration à l’utilisateur. Sur ce point, nous doutons de la capacité des joueurs plus jeunes à se focaliser autant de temps sur une construction en carton, ou tout du moins d’une seule traite.

La boite recèle donc plusieurs planches de couleur différente, chaque couleur correspondant à une construction bien précise. Afin d’être sur de détacher les bonnes pièces, chaque planches est annotée d’une lettre de l’alphabet. Les instructions fournies par la console grâce à la cartouche de jeu sont alors assez claire que pour une construction précise. Sur le côté, vous retrouverez également un petit sachet remplis d’élastiques, autocollants et autres pour par exemple placer des bande réfléchissantes pour l’infrarouge des Joy-Con (servant à la réactivité de la console aux mouvements du Toy-Con) ou simplement maintenir l’écran de la Nintendo Switch en place sur le carton grâce à des mousses autocollants.

Nintendo Labo, notre avisCe kit offre par conséquent une bonne variété d’expériences. Toutefois, si le montage des Toy-Con peut être long et demandera beaucoup de temps libre au joueur, c’est étrangement la partie jeu et interactivité qui s’avère être la moins attrayante. Seul ou à deux, le montage nécessitera de la concentration et les joueurs n’ayant pas froid aux yeux y trouveront du plaisir. Mais c’est une fois la Nintendo Switch connectée aux différentes constructions que le Variety Kit dévoile une certaine pauvreté dans le gameplay, si bien que l’on est en droit de se demander si le Nintendo Labo n’est pas là uniquement pour servir de jeu vitrine pour les fonctions gyroscopiques de la Switch. Un peu comme un 1-2 Switch, la durée de vie du soft s’en tient donc à la variété des expériences qu’il propose, sans chercher à divertir le joueur au-delà du montage.

A titre d’exemple, avec la canne à pêche, le joueur pourra partir à la recherche de poissons toujours plus gros en allant toujours plus profondément dans l’eau. Tout comme une bonne partie de pêche dans la vraie vie, la satisfaction du joueur sera donc de remonter une jolie prise sans casser la ligne.

Pour le piano, la switch émettra un son à chaque touche. Celui-ci pourra varier avec les différentes roulettes et les boutons placés un peu partout sur le piano.

La sensation que les Toy-Con soient réservés à un public cible moins âgé peut mettre en lumière quelques défauts, notamment la nécessité pour les parents d’être présents pour la construction des différents jeux d’une part parce que la durée de montage peut donc s’avérer être conséquente mais parce que les manipulations peuvent parfois être délicates et demanderont une certaine habileté. Aussi claires que soient les instructions données par la cartouche de jeu fournie avec, l’ensemble de la procédure de création des kits demande donc aux utilisateurs de s’appliquer. En l’absence de pièces de rechange dans les boites du Nintendo Lab, il serait effectivement fâcheux de déchirer l’une ou l’autre pièce, même si la cartouche de jeu permet sommairement d’en réparer certaines.

Le Kit Robot

Ce kit Nintendo Labo est le plus coûteux des deux (80€ environ). En plus de fournir plus de 3 heures de montage, il englobe totalement le joueur avec deux manettes pour les mains, deux pour les pieds ainsi qu’une visière qui permet de passer d’une vue subjective à une vue plus générale montrant tout le robot à l’écran. Se présentant sous une sorte de jeu Knack très simplifié, l’expérience est néanmoins assez immersive si elle est affichée sur grand écran. Le mode table de la Nintendo Switch fonctionne, bien entendu, mais offre une expérience visuelle asses dérisoire vu que le Kit Robot nous plonge dans la peau d’un énorme mécha. Par conséquent, l’effet de grandeur doit être optimisé avec l’écran le plus grand possible pour de meilleures sensations de puissance. Ceci dit, l’ensemble parait assez fragile. Si l’on enfile l’équipement 4-5 fois, le tout nous donne l’impression que ce Kit délivre une utilisation malgré tout éphémère.

Le Nintendo Labo est finalement une bonne initiative de Nintendo. Servant plus à promouvoir les fonctionnalités interactives de la Nintendo Switch et les fonctions gyroscopiques/infrarouge des Joy-Con, le tout reste de qualité assez précaire. De plus, l’expérience interactive de ces constructions est relativement limitée et il ne sera pas surprenant de voir les kits Nintendo Labo au placard après quelques utilisations. En parlant de rangement, il est aussi important de souligner qu’il s’agit d’accessoires tout de même encombrants.

Points positifs:

  • Plusieurs heures de construction
  • Un concept original
  • Le Variety Kit offrant plusieurs jeux
  • Un concept mettant en avant les possibilités interactives de la Nintendo Switch
  • Les instructions de montage claires et précises

Points négatifs:

  • Le coût assez élevé au lancement
  • Peu pratique a ranger après utilisation
  • Une durée de vie assez limitée
  • Le sentiment de « jeu jetable »

SITE OFFICIEL DU NINTENDO LABO


APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
7
PARTAGER
Article précédentDESTINY 2: un véritable trésor caché par les développeurs enfin découvert
Article suivantTEST – LEGO Avengers : Infinity War
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE