Test – Extinction

0

Fiche technique d’Extinction :

Jacquette Extinction

Développeur : Iron Galaxy
Éditeur : Maximum Games
Date de sortie : 10 avril 2018 sur  PC, PS4 et Xbox One
Type : Action
Langue : français
Version testée : Xbox One

Édité par Maximum Games et développé par Iron Galaxy, Extinction est ce jeu sorti de nulle part arrivant à un moment particulier où Far Cry 5 et God of War sont à la une. Si intriguant soit il, autant poser le constat tout de suite : Extinction porte vraiment bien son nom. De fait, il éteindra probablement toute votre envie de relancer le jeu et vous fera probablement mal à votre derrière. Permettez-nous de vous donner d’amples explications à travers le test ci-dessous…

Extinction ou l’imparfait pastiche de L’Attaque des Titans

Son inspiration principale, Extinction ne s’en cache pas. En effet, le jeu est ouvertement inspiré de par le manga/anime Shingeki no Kyojin (L’Attaque des Titans). En effet, le titre d’Iron Galaxy repend peu ou prou la même recette que L’Attaque des Titans à la sauce américaine. De cette manière, l’univers d’Hajime Histoire ExtinctionIsayama est remplacé par un environnement d’heroic-fantasy dans lequel les Titans sont remplacés par d’affreux ogres/trolls de plus de 50 m de haut appelés Ravenii. Plus précisément, vous incarnez Avil, dernier représentant d’une secte d’un ordre nommé les Sentinelles. Le postulat, fortement simpliste, est posé : vous devrez combattre les Ravenii, qui tentent d’envahir l’ensemble de la planète. Ainsi, votre mission est essentiellement de la protection. D’ailleurs, les missions de sauvetage des citoyens prendront, au bas mot, au moins la moitié de votre temps. Bref, nous sommes face à un scénario des plus simpliste, ce qui est très dommage. Tous les éléments étaient présents pour nous proposer une histoire plus ou moins prenante.

Une fois les bases de l’histoire posées, l’histoire… Non, rien. En fait, le scénario s’arrête grosso modo à ce stade. En effet, au fil des sept chapitres composant la campagne principale, l’histoire ne s’enrichira guère réellement. Néanmoins, nous pouvons compter sur deux ou trois cinématiques version comics qui ne sont pas déplaisants mais qui n’apportent pas réellement de profondeur à l’histoire. Par ailleurs, elles sont tellement peu nombreuses par rapport au nombre de mission que cela en devient désolant.

Extinction = répétitivité

Résumer le jeu en un mot est extrêmement simple : la répétitivité. En effet, ce phénomène se ressent dans tous les aspects d’Extinction. D’abord, cela est perceptible à travers le gameplay, qui manque cruellement de profondeur. Le perRavenii Extinctionsonnage que nous incarnons est caractérisé par une agilité et rapidité hors du commun qui n’est guère déplaisante. Elle nous permet ainsi de sautiller un peu partout, de nous agripper aux géants, arbres, murs, etc. En outre, Avil est aussi muni d’un instrument à mi-chemin entre le fouet et le grappin qui nous permet de nous accrocher à des points d’ancrage prédéterminé situés un peu partout sur la map. En tant que Sentinelle, votre objectif est simple : tuer des ennemis (Ravenii, petits trolls, etc.) et sauver les villageois en utilisant vos pouvoirs runiques afin de les envoyer en sécurité à travers des portails ressemblants à des cristaux. Un point c’est tout. Tous les niveaux composant la compagne principale possèdent ce même schéma. Autant le dire tout de suite, c’est vite très lassant.

Compétences ExtinctionLa répétitivité intervient aussi durant les combats. En effet, les combats se limitent à spamer la touche X ou carré avec quelques variations du style « maintenir la touche X/carré ». D’ailleurs, les combos se limiteront aussi à des enchaînements de boutons X des plus cocasses. De plus, cela rend les combats au sol très ennuyeux. Quant aux combats face au Trolls, il vous suffira de dénuder le Ravenii et le démembrer afin de gagner en pouvoir runique jusqu’à activer la frappe meurtrière permettant de décapiter l’adversaire. A noter aussi que la difficulté est très mal gérée, suivant les courbes d’une sorte de montagne-russe de Disney mal calibrée. Ainsi, on se demande parfois à quoi sert la jauge de vie d’Avil, tant les trolls peuvent nous tuer, sans crier gare, one shot à 3m de distance…

Des compétences ou améliorations ?

Question gameplay, il faut aussi noter qu’Extinction offre aussi une panoplie quelques compétences éparses. Malheureusement, celles-ci sont très vite acquises et n’apportent pas de changements majeurs dans le gameplay puisqu’il s’agit de simples améliorations (bonus de santé, sauter plus haut, amélioration de la jauge runique etc.). Le jeu donne tout ce qu’il y a à offrir au bout d’1h de jeu environ, ce qui est très vite lassant. Bref, une chose est certaine, le gameplay manque de profondeur, surtout à ce prix.

Folie meurtrière Extinction

Un rapport qualité/prix médiocre

Niveaux ExtinctionQuestion rapport qualité/prix, l’objectif de ce test n’est pas de vous inciter ou non à l’achat. Il faut, toutefois, rester honnête, Extinction est proposé pour la modique somme de 60 euros. C’est beaucoup trop. En effet, le jeu prétend, ainsi, se vendre au même prix qu’un jeu AAA. Or, il n’a rien d’un triple A. Si le jeu coûtait ne petite vingtaine d’euros, on aurait pu être clément sur certaines choses, mais il ne vaut clairement pas ce prix. D’ailleurs, il faut compter moins de 10h pour terminer l’ensemble du jeu et, à cause son aspect extrêmement répétitif, on n’a guère envie d’y retourner. Et, ce ne sont pas les quelques modestes modes de jeu supplémentaires qui changeront la donne. En effet, dans tous les cas, il s’agit de pâles copies de ce qui est Modes de jeu Extinctionproposé dans la campagne. Par exemple, le mode « extinction » consiste simplement à tuer le plus de Ravenii possible avant la mort inéluctable de notre personnage. A noter que celle-ci intervient relativement vite puisque les trolls géants peuvent nous tuer one shot et à 3 m de distance…Ah, oui, notons aussi la caméra épouvantable peinant à suivre certains mouvements, ce qui est parfois très dérangeant.

Des graphismes quelconques et un environnement désert

Un autre trait important d’extinction réside dans son environnement. En effet, ceux-ci ne changent pas d’un iota. On a sans arrêt l’impression de se retrouver dans un enchaînement de niveaux sans lien et sans vie, avec les mêmes bâtiments, les mêmes arbres, etc. De plus, les villes sont désespérément désertiques. Hormis notre personnage, quelques ennemis et villageois à sauver, on a peine à croire qu’il y ait aussi peu de vie et on ne perçoit pas, ainsi, tout l’enjeu de la bataille. De plus, le jeu est graphiquement quelconque. Par ailleurs, nous avons assisté à quelques chutes de framerate assez gênantes. Le jeu n’est pas beau et les détails de certaines textures (arbres, peau des trolls, etc.) font parfois mal aux yeux.

Extinction

Pour rappel, Extinction est disponible sur PC, PS4 et Xbox One depuis le 10 avril 2018.

Points positifs

  • L’agilité d’Agil
  • Les bases du scénario et de l’univers
  • Le côté arcade du jeu
  • De bonnes séquences animées

Points négatifs

  • Caméra horrible
  • Extrêmement répétitif, notamment au niveau des combats
  • Un scénario qui manque de profondeur
  • Graphiquement quelconque et un peu dépassé
  • Un environnement désespérément désertique
  • Cruel manque de profondeur du gameplay
  • Les combats au sol se résument à spamer la touche X ou carré avec quelques légères variations
  • Les combats contre les Trolls qui dépendent de la jauge runique
  • Jauge de vie presque inutile
  • Difficulté « montagne-russe » mal calibrée
  • Peu de variation dans les types d’ennemis
  • Des modes de jeu supplémentaires sans intérêt
  • Des compétences supplémentaires ressemblant plutôt à de simples améliorations
  • Durée de vie grotesque pour un jeu proposé à ce prix.
  • Rapport qualité/prix médiocre

SITE OFFICIEL


APERÇU DE REVUE
Note globale4
5
PARTAGER
Article précédentFortnite : les défis de la semaine ont fuité !
Article suivantLa compilation Shenmue I & II Remaster officialisée en vidéo
Historien belge de formation, je suis un passionné de jeux vidéos et de Star Wars depuis ma tendre enfance. J'ai commencé sur Megadrive avant de découvrir la PS1. Après avoir fait le tour de la Playstation (PS1-PS2-PS3), j'ai décidé de retourner ma veste et je joue actuellement sur Xbox One, Switch, et parfois sur 3DS. Mes jeux favoris sont les jeux action-aventure et les RPG. Pour me suivre : - Gamertag : rforce2 - Code ami Nintendo Switch : SW-6116-2258-9414

LAISSER UN COMMENTAIRE