TEST – Surviving Mars

0

Fiche technique de Surviving Mars

Test Surviving Mars

Développeur : Haemimont Games
Éditeur : Paradox Interactive
Date de sortie : 15 mars 2018 sur  PC, PS4 et Xbox One
Type : Gestion
Langue : français
Version testée : PC

Les jeux de gestion existent depuis toujours dans l’univers des jeux de PC. C’est un fait. En effet, de Sims City aux jeux labellisés Tycoons, le PC a vu se succéder tout un tas de jeux de gestion divers et variés. Parmi ceux-ci, on trouve, depuis quelques années, des titres édités par Paradox Interactive, souvent gage de qualité. En effet, les jeux développés par cet éditeur ne déçoivent presque jamais. Aujourd’hui, Paradox Interactive revient avec un nouveau titre de gestion : Surviving Mars. Annoncé, il y a plus d’un an, beaucoup de joueurs attendent avec impatience ce titre de gestion de colonies martiennes. Alors, que vaut réellement Surviving Mars, développé par Haemimont Games ? Véritable pépite ou déception ? Découvrez notre avis dans notre test ci-dessous.

De la gestion avec peu de ressources

Le premier que nous allons aborder dans ce test n’est autre que l’aspect technique lié à ce jeu. En effet, si le titre d’Haemimont Games est disponible sur PS4 et Xbox One, force est de constater qu’un jeu de gestion se prête mieux au PC. D’ailleurs, c’est la version que nous avons choisie pour tester le jeu. D’un point de vue technique, donc, le jeu requiert la configuration PC suivante :

configuration requise Surviving Mars :

Comme vous pouvez le constater, Surviving Mars n’est clairement pas une foudre de guerre. Un bon petit PC vous permettra donc de le faire tourner sans problème. Et, évidemment, ce constat se répercute forcément sur les graphismes.

Des graphismes simples, mais efficaces

Pour ce test, nous avons décidé, pour une fois, de parler brièvement de l’aspect graphique du jeu. En effet, s’il s’agit d’un aspect important de tout bon jeu, nous n’allons pas réellement juger Surviving Mars sur ce critère. De fait, le PC que nous avons employé (mon petit PC portable en l’occurrence) ne permet pas de se faire une réelle idée des graphismes du jeu puisqu’il ne s’agit pas d’une foudre guerre. Par contre, nous pouvons quand même signaler que les graphismes nous semblent assez simplistes, sans fioritures. Toutefois, s’ils sont simples, ils sont également très efficaces et permettent ainsi à de petites machines de aire tourner le jeu sans trop d’accrocs. Bref, il s’agit-là d’un sacré bon point pour un jeu de gestion.Surviving Mars

Un jeu de science-fiction sans trop de fiction

Ensuite, abordons le contexte et l’univers entourant le titre. Surviving Mars se veut être un jeu de gestion dont l’objectif est créer et gérer une véritable colonie martienne durable et viable. Si le jeu se déroule d’un contexte relatif à la science-fiction (il en faut bien un peu pour le besoin du gameplay), Haemimont Games a pris le parti-pris d’en faire un jeu plausible. De fait, si le but même du jeu (création d’une colonie sur Mars) relève encore de la science-fiction (et encore, on y pense de plus en plus), tout le gameplay repose sur une ossature se voulant réaliste. Ainsi, il vous faudra, d’abord trouver un endroit viable pour y établir votre colonie, gérer la batterie de vos drones, veiller à leur maintenance, veiller l’oxygène, l’eau pour vos colons, etc. Ce parti-pris réaliste rend finalement le jeu très profond dans sa mécanique de gestion des ressources, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Toutefois, la gestion des ressources peut paraître ardue pour un débutant. Néanmoins, une fois le gameplay pris en main, on en oublie ce léger défaut de démarrage et on se laisse bercer par un gameplay très profond.

Un didacticiel utile. Quoi ? je n’ai rien dit !

Surviving MarsDès le début de l’aventure, vous êtes pris par la main par un petit mini léger minuscule didacticiel de rien du tout. Autant tout de suite, l’inutilité du didacticiel nous saute aux yeux dès les premières minutes du gameplay. Et pour cause, les textes sont très courts, peu explicites par moments et sont, surtout, pas traduits. Dès lors, rien d’étonnant à ce que quasiment personne ne suive ce didacticiel. Un vieux diction disait : « on est jamais mieux servi que par sois-même ». Il prend, dans Surviving Mars, tout son sens. Heureusement, le gameplay est assez intuitif, ce qui vient pallier ce problème de traduction. De cette manière, même sans traduction, vous pourrez quand même profiter de ce jeu sans trop de difficulté.

Des ressources, encore des ressources, toujours des ressources

Surviving MarsConcentrons-nous désormais sur l’épine dorsale de jeu, à savoir les ressources. Si on en a déjà parlé précédemment, ce n’est guère pour rien. En effet, tout le gameplay du jeu s’articule autour de ce même élément. A ce sujet, il faut savoir que Surviving Mars se centralise autour de huit ressources primaires :

  • Le béton ;
  • Le métal de manière générale, sans distinction aucune ;
  • La nourriture ;
  • Le « métal rare » ;
  • Les polymères ;
  • L’électronique ;
  • Les pièces de machine (il faut bien réparer les robots cabosseux) ;
  • Et, enfin, le nerf de la guerre martienne : le fuel.

Ces huit ressources peuvent être plus ou moins trouvées sur la planète. Toutefois, certaines étant particulièrement difficile à trouver, vous devrez parfois avoir recours à des navettes de transport provenant de la Terre. A côté de ces fameuses ressources, vous trouverez également trois autres grandes ressources : l’énergie, l’oxygène et, enfin, l’eau. L’entièreté de vos constructions et du bon fonctionnement de vos colonies repose sur ces trois éléments. Par exemple, si vous souhaitez construire une usine à extraction de métaux, il faudra obligatoirement l’approvisionner en énergie, etc. Le tout fonctionnement comme un cercle. Et, comme Surviving Mars propose une variété en termes de ressources différentes, il va sans dire que les mécanismes sont nombreux et variés. Good point !

La Technologie est l’avenir de l’Homme

Un autre élément important à prendre en compte dans Surviving Mars, c’est l’arbre technologique. Ce dernier vous donne accès à pas moins de 5 grands domaines :

  • La biotechnique ;
  • La robotique ;
  • La physique ;
  • L’ingénierie ;
  • Le social.

Surviving Mars ArbreComme dans de nombreux jeux de gestion, ces arbres offrent une panoplie de bâtiments et de technologies supplémentaires pour le bon développement de votre colonie martienne. Si la variété de ces domaines est un point positif du jeu, Surviving Mars souffre du même mal que la plupart es jeux de ce genre. En effet, une fois la colonie créée et durablement installée (une fois le jeu fini en somme), on commence largement à tourner en rond. Il n’y a donc plus rien à faire et on s’ennuie. Cependant, on notera que le jeu est quand même compatible avec les mods et le Steam Workshop, ce qui promet certainement du contenu supplémentaire créé par les joueurs pour les joueurs. De plus, cela devrait considérablement augmenter la durée de vie du titre. En revanche, nous tenons à vous rassurer au sujet de la rejouabilité du titre. De fait, Surviving Mars permet largement d’être rejoué, tant le challenge est tout de même au rendez-vous.

Des événements aléatoires qui manquent de pep’s

Enfin, abordons le dernier aspect de ce test : les events aléatoires. Au cours du jeu, vous sera sans cesse confronté à des choix. Régler les besoins de vos colons est essentiel à la mise en œuvre d’une colonie martienne durable et viable. Nourriture, loisir, tout y passe, amenant davantage de challenge alors qu’il y en avait déjà pas mal avec les ressources. De plus, des événements ont lieu de manière aléatoire dans le jeu. Pluie de météorite par-ci, explosion par là, tout est présent pour rappeler à quel point la vie sur Mars est tout sauf paisible. Bref, des events chouettes. Mais, on notera quand même un point négatif : ils sont peu nombreux et peu fréquents. Clairement, ce n’est pas forcément à cause de ces events aléatoires que vus perdrez la manche.

Pour information, Surviving Mars est disponible depuis le 15 mars dernier sur PC, Xbox One et PS4. Sachez aussi qu’il est vendu au prix de 29,99 euros.

Points positifs :

  • Des graphismes simples, mais efficaces ;
  • Demande une configuration minimale peu exigeante ;
  • Profondeur de gameplay très correct, rendant le jeu complexe à prendre en main au début, mais qui déploie par la suite tout son potentiel ;
  • Gameplay intuitif ;
  • La variété des ressources ;
  • Les mécanismes de gameplay liés aux ressources ;
  • Le challenge, permettant une certaine rejouabilité ;
  • Variété au niveau de l’arbre technologique ;
  • Les événements aléatoires ;
  • Le challenge lié au choix concernant les besoins de la colonie.

Points négatifs :

  • Peut peut-être mieux faire en termes de graphismes sur des machines ultra performantes ;
  • Didacticiel inutile ;
  • Le contenu end-game ;
  • Events peu nombreux et fréquents.

SITE OFFICIEL


APERÇU DE REVUE
Note globale
8.5
PARTAGER
Article précédentFar Cry 5 : La maison des Baker de RE7 dans le mode arcade
Article suivantLevel-5 : tout sur la Switch !
Historien belge de formation, je suis un passionné de jeux vidéos et de Star Wars depuis ma tendre enfance. J'ai commencé sur Megadrive avant de découvrir la PS1. Après avoir fait le tour de la Playstation (PS1-PS2-PS3), j'ai décidé de retourner ma veste et je joue actuellement sur Xbox One, Switch, et parfois sur 3DS. Mes jeux favoris sont les jeux action-aventure et les RPG. Pour me suivre : - Gamertag : rforce2 - Code ami Nintendo Switch : SW-6116-2258-9414

LAISSER UN COMMENTAIRE