Fiche technique de Lost Sphear :Développeur : Tokyo RPG Factory
Editeur : Square Enix
Date de sortie : 23 janvier 2018 sur PS4, PC et Nintendo Switch
Type : RPG
Multi : non
Langues : Français

Directement inspiré des RPG au système ATB de l’époque ou de leurs dignes successeurs comme l’était le récent I Am Setsuna, Lost Sphear est le nouveau jeu de Tokyo RPG Factory, une filiale de l’éditeur Square Enix développé sur PC, PS4 et la nouvelle Nintendo Switch.

Le jeu emprunte donc plusieurs éléments du genre RPG rétro pour une recette assez basique. Les mécaniques de jeu et les graphismes du soft sont volontairement datés et le gameplay se présente donc sous forme de jeu de rôle. Rien de bien surprenant pour les vétérans du jeu vidéo, donc. Difficile pour un jeu comme celui-ci de se démarquer alors qu’il accumule les hommages au passé du jeu vidéo. Mais Lost Sphear tente quand même de tirer son épingle du jeu en nous donnant une histoire pour le moins prenante. Le joueur y incarne Kanata, un jeune héros dont le village perd de manière surnaturelle tous ses habitants dans un brouillard épais. Très vite, notre personnage découvrira qu’il possède un fabuleux pouvoir lui permettant de les faire revenir en collectant des souvenirs liés à ceux-ci. Ces souvenirs serviront aussi à débloquer de nouvelles zones ou obtenir des avantages effectifs en combat.

Lost Sphear et son histoire prenanteToutefois, Kanata ne sera pas seule durant cette aventure. Il s’entourera de plusieurs personnages, une équipe très variée qui mettra à ses côtés aussi bien des enfants que des monstres. Le roster de Lost Sphear est donc très satisfaisant, le rendant assez riche au niveau de ses combats. Ceci dit, pour ce qui est du développement de l’intrigue, ces personnages n’expliquent pas toujours la raison de leur apparition et de leurs motivations à rejoindre notre héros dans cette bataille.

Une bande originale très inspirée

Tout bon RPG qui veut se faire remarquer doit aussi passer par une bande-son mémorable. C’est également le cas pour Lost Sphear. Depuis le menu principal jusqu’aux pistes audio durant les batailles, les sonorités offertes par le soft sont en effet assez percutantes. Les connaisseurs à l’oreille musicale reconnaitront sans aucun doute la patte artistique du compositeur, Tomoki Miyoshi, qui avait par ailleurs travaillé sur l’œuvre I Am Setsuna, le premier opus du studio.

Les décors du jeu sont eux aussi variés. Alors que son prédécesseur I Am Setsuna ne se contentait bien souvent que de paysages verdoyants, Lost Sphear offre une meilleure originalité avec la présence de sites perdus, des plages, des forêts, sites d’épaves de navires ou de grandes villes. Les trajets d’un de ces endroits à un autre se feront eux à la manière du premier opus du studio, par la map du monde sur laquelle nos petits bonhommes paraissent complètement disproportionnés.

Lost Sphear Gameplay naviresI AM SETSUNA 2.0

Dans cette quête pour sauver les habitants du village, le joueur passera par de multiples combats au tour par tour, une mécanique maintes fois usée dans le jeu vidéo et qui Lost Sphear Gameplayne tardera pas à livrer tous ses secrets après quelques petites heures de jeu. Ceci dit, quelques petites subtilités viennent se glisser dans ces affrontements. A titre d’exemple, tous les coups de nos personnages possèdent maintenant une zone d’impact, et le joueur peut en plein combat diriger son coup sur un ou plusieurs adversaires. Il est donc tout à fait possible de contrôler la puissance d’une attaque et de mettre au tapis d’un coup un seul ou plusieurs adversaires. Une autre nouveauté proposée par Lost Sphear et non des moindres et l’utilisation des Exomechs, un énorme exosquelette de métal permettant d’infliger de lourds dégâts ou de débloquer l’accès à de nouvelles zones. Enfin, la mécanique des Momentums, elle, permet au joueur de booster ses dégâts lors d’une simple pression de touche quand le personnage est entouré d’un halo bleu avant la frappe. Les combats de Lost Sphear restent donc très inspirés de ce que nous avons déjà pu voir ces dernières décennies dans le genre RPG, puise toutes les bonnes idées de I Am Setsuna et ose un minimum l’innovation par l’apport de ces quelques mécaniques de jeu faciles à prendre en main.

Lost Sphear Gameplay exomechMalgré tout, il ne faudra pas s’attendre à une difficulté très élevée de la part du jeu à l’exception des combats de boss pour lesquels de petites variantes stratégiques seront à adopter. Le jeu est donc une balade relativement simple en définitive, et nécessite peu fréquemment l’utilisation des avantages cités plus haut.

Lost Sphear est donc encore une fois un bel hommage à tout ce que le style RPG a pu amener au jeu vidéo, mais le studio semble s’être un peu trop reposé sur le travail réalisé sur son jeu précédent pour nous livrer un jeu légèrement amélioré, mais qui peine à offrir de réelles nouveautés. Le jeu se perd donc dans un entremêlement de clins d’oeil à ce qui se faisait dans le passé et ne possède pas vraiment d’identité propre. Ceci dit, le gameplay reste pour le moins divertissant, efficace et l’histoire de Kanata reste elle aussi prenante, quoique peu inspirée.

Points positifs:

  • Un jeu artistiquement réussi
  • Des décors variés
  • Quelques nouvelles mécaniques de jeu
  • Encore un bel hommage au genre RPG
  • Une bande son excellente

Points négatifs:

  • Un jeu puisant trop dans les idées d’anciens RPG
  • Un manque d’identité face à I Am Setsuna
  • Peu d’innovations


SITE OFFICIEL DE LOST SPHEAR


 

APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
6,5
PARTAGER
Article précédentDragon Ball FighterZ : Bandai pourrait inclure la VF
Article suivantTEST – Assassin’s Creed Origins : The Hidden Ones
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE