L’ESRB a analysé le prochain jeu d’Ubisoft : Far Cry 5 et a même révélé quelques informations à son sujet à travers son rapport. Pour information l’Entertainment Software Rating Board (ESRB) est une organisation autorégulée qui évalue les jeux vidéo, c’est-à-dire qui estime à quel âge conviennent les jeux vidéo et le signale au travers de symboles sur les boîtes de jeux vidéo, dans les publicités et sur les sites web, en Amérique du Nord et au Mexique. En Europe, l’équivalent de cette organisation est PEGI (Pan European Game Information). Ce que l’on retiendra de cette évaluation, c’est que de la drogue sera utilisée dans Far Cry 5 en guise de mécanique de Gameplay, ce qui contribue à monter la notation du jeu à ‘M’ (Mature : + 17).

Qu’en est-il en Europe ?

Si l’ESRB a donné la note Mature à Far Cry 5, PEGI donnera ainsi la notation + 18. Même si cela n’est pas étonnant de la part d’un des jeux Ubisoft, où il y aura présence de violence, de sang, de gore et des thématiques sexuelles, Ubisoft va plus loin avec Far Cry 5, en mettant en avant la drogue en tant que mécanique de Gameplay. En effet, les joueurs devront utiliser la drogue pour améliorer les compétences de leur personnage. Ce n’est pas la première fois que la drogue est utilisée dans la licence Far Cry, tout a commencé dans le deuxième opus, ainsi que dans le troisième opus et dans les autres jeu. Cependant, c’est la première fois que la drogue permettra d’améliorer les compétences du héros :

Les joueurs peuvent également consommer des drogues homéopathiques (par exemple, « Fast », « Furious ») qui stimulent les capacités et les compétences des joueurs; une drogue (origan) brouille l’écran lorsqu’elle est consommée et est décrite comme «étonnamment bon dans les brownies». Les mots «f ** k» et «c * nt» sont entendus dans le jeu.

Pour rappel, Far Cry 5 sera disponible en Europe sur PC, PlayStation 4 et Xbox One à partir du 27 Mars 2018. La sortie du jeu a été repoussée du mois de Février à Mars le mois dernier.


TRAILER D’ANNONCE DE FAR CRY 5


LAISSER UN COMMENTAIRE