Aujourd’hui, la rédaction de 4WeAreGamers s’est penchée sur le talent d’un particulier : Anthony. Si ce nom ne vous dit rien, sachez qu’Anthony est l’administrateur et le créateur de la page « Jeu dans la boîte« . C’est sa passion des jeux vidéos passion qui l’a amené à customiser des boîtes pour sa collection. Doué d’un véritable talent, nous avons eu l’occasion de rencontrer Anthony, qui a accepté de nous parler de son projet.

L’histoire d’un passionné

Passionné de jeux vidéos depuis qu’il est petit, Anthony n’a cessé de grandir dans l’univers des jeux vidéos. Véritable collectionneur, il a commencé par collectionner tout ce qui touche à ce « monde virtuel », et plus particulièrement au rétrogaming. Toutefois (comme beaucoup de collectionneurs), il s’est très vite recentré sur sa licence préférée : Assassin’s Creed.

« Je suis tombé dedans quand j’étais petit. J’ai reçu pour mes 5 ans une NES avec Super Mario Bros et Soccer (passionné de foot aussi) et depuis je n’ai jamais lâché ce monde virtuel! Collectionneur depuis une dizaine d’années, j’avais commencé à collectionner sur toutes les consoles rétro. Depuis peu j’ai arrêté pour me concentrer principalement sur une série que j’affectionne particulièrement : Assassin’s Creed. »

Objectif : inventer et confectionner des boîtes customs

Mais il y a 4 ans, Anthony constate l’augmentation des prix sur les produits rétrogaming, liée à un effet de mode et à la spéculation. Ne voulant guère se lancer dans cette tendance qu’il qualifie de « honteuse », Anthony a alors décidé de créer ses propres boîtes afin de ranger ses jeux en loose. Il nous a aussi confié qu’il trouvait que « nos boîtes PAL faisaient quand même pâle figure ». C’est ainsi que lui est venue l’idée de customiser ces boîtes, en employant son « propre format ». C’est ainsi que le projet « Jeu dans la boîte » est né.

« Jeu dans la boite à débuté il y a 4 ans dans mon coin. Je collectionnais les jeux rétro et d’un coup le marché a explosé, les prix ont augmenté de manière honteuse. Je n’ai pas voulu suivre la tendance. J’ai donc d’abord décidé de créer des boites repros pour ranger mes jeux. Et puis je me suis dit que nos boites PAL faisaient quand même pâle figure […] par rapport aux superbes boites JAP. J’ai donc décidé de créer mes propres boites à mon propre format.

Mais si la spéculation leet l’esthétisme des boîtes constituent les événements déclencheurs, l’objectif est tout autre. En effet, l’Objectif d’Anthony est de rafraîchir d’anciennes licences et d’anciens jeux. L’artiste s’est également mis en tête de créer des coffrets pour une série définie (Tomb Raider, Mass Effect, Metal Gear Solid, etc). Il lui arrive aussi de réaliser des boîtes individuelles (les Star Wars Battlefront, Super Mario Odyssey, etc.). La page, créée sur Facebook il y a 4 ans, compte désormais pas loin de 6 500 suiveurs.

« Redonner un coup de fraîcheur à nos anciens jeux et faire des coffrets pour regrouper une série complète a été mon moteur. La page créée était d’abord destinée à quelques amis proches, je n’avais aucune ambition d avoir un public plus large. Et puis le bouche à oreille a fonctionné et ils sont aujourd’hui presque 6500 à me suivre. »

Un projet qui demande du temps

Lors de notre entretien, Anthony nous a également décrit le procédé de fabrication de ses boîtes et coffrets :

« Tout est réalisé à la main, les boites simples sont imprimées soit sur du papier épais et recouverte d’une couche plastique transparente qui est ensuite lissée. Cela permet de renforcer la rigidité des boites mais aussi d’éviter qu elles ne s écornent et se déchirent comme on peut le voir quasi systématiquement sur les boites de l’époque. Pour les coffrets c’est le même procédé mais avec une couche carton supplémentaire pour pouvoir supporter le poids de tous les jeux à y placer. »

Selon Anthony, il faut compter 1h à 30h de travail selon la complexité du design de la boîte ou du coffret. Tout est conceptualisé sur le logiciel Photoshop. Sa seule limite : son imagination. Quant au montage, les boîtes individuelles prennent 30 minutes à 1h. Les coffrets, eux, demande parfois jusqu’à 3h30 de travail rien que pour le montage.

Une passion plus qu’un business

Toutefois, Anthony nous également confié qu’il ne veut, sous aucun prétexte, faire de « Jeu dans la boîte« , une entreprise lucrative. Encore une fois, son objectif n’est pas de se faire de l’argent. Ce qui importe, selon lui, c’est son plaisir personnel et sa passion avant toute chose. Néanmoins, Anthony n’est pas contre l’idée de prendre quelques commandes particulières sur les boîtes qu’il a déjà réalisées. Une aubaine pour tous ceux qui sont fans de son travail et de son talent !

« Tout ce qui est visible sur ma page est d’abord destiné à ma collection personnelle. Dans une certaine mesure, il est possible d’en commander mais c’est au compte goutte. Il est de toute façon impossible d’en faire un vrai business lucratif et je ne le souhaite pas de toute façon. Je tiens à ce que l’argent n’intervienne pas dans la passion, en général ça ne fait pas bon ménage. Il est important pour moi de garder du plaisir à faire cela sans qu’un aspect financier vienne tout empoisonner. »

Ci-dessous, retrouvez quelques exemples de son travail. N’hésitez pas non plus à aller faire un tour sur sa page Facebook et sur son site internet pour plus d’informations.

1 COMMENTAIRE

  1. Ce mec est un héros ! J’ai plusieurs de ses boîtes dans ma collection et franchement elles en jettent !

    Elles font palir les vieilles boîtes de Nintendo…

LAISSER UN COMMENTAIRE