Fiche technique de Need For Speed Payback :Need For Speed Payback packshot

Développeur: Ghost Games
Éditeur:
Electronic Arts
Date de sortie : 10 novembre 2017 sur PS4, Xbox One et PC
Type : Course arcade
Multi : oui
Langue : français

Pour la deuxième fois consécutive, Ghost Games aura travaillé sur son propre titre Need For Speed afin de tenter de proposer quelque chose de nouveau aux fans de course arcade, mais surtout donner un second souffle à une franchise ne sachant quoi inventer pour se renouveler. En 2015, le studio nous présentait un épisode éponyme qui avait le grand malheur de nécessiter une connexion permanente aux services en ligne et fermait ainsi ses portes à bon nombre de joueurs. Même si l’idée d’un monde de pilotes constamment connectés entre eux à la façon The Crew d’Ubisoft est une idée valable, elle instaure de nombreuses contraintes dont le studio aura pris conscience pour ce nouveau jeu de 2017, Need For Speed Payback. Mais le tout restera de voir ce que les développeurs nous ont réservé pour peut-être créer la surprise de l’année dans le monde des jeux de course arcade.

Non pas un, mais trois protagonistes!

Dans Need For Speed Payback, le joueur évolue dans un vaste open-world dans lequel seront réparties plusieurs épreuves et missions scénario pour construire petit à petit les identités et histoires de nos (oui, nos!) nouveaux protagonistes Ty, Jess et Mac. Après avoir mis les pieds à Fortune Valley, soit une sorte de réplique fictive de Las Vegas, une trahison vous éloignera de votre Crew initial. S’en suit alors une histoire de vengeance à travers laquelle vous devrez passer d’un protagoniste à l’autre, avec la discipline de course qui lui est propre (drift/drag/course pour Ty, tout-terrain pour Mac et Jess pour les poursuites de police), pour démanteler « Le Clan« , un cartel mafieux qui règne sur tout ce que la ville compte de casinos, de délinquants et de flics.

Pas par ici, passez plutôt par là

Ce concept déjà assez traditionnel dans l’univers des Need For Speed vous baladera ainsi de région en région dans un monde-ouvert qui ne vous laissera au final pas tant de liberté que ça. Alors que les jeux aux mille possibilités et aux cartes de proportions démesurées sont légion en cette année 2017, Need For Speed Payback ne se contentera malheureusement que de décors balisés par des éléments naturels servant de barrière pour vous empêcher de trop vous perdre dans les superbes panoramiques sauvages que vous offre pourtant le titre. A notre plus grand désarroi, la liberté se voit donc relativement restreinte contrairement à un certain Forza Horizon 3 qui n’imposait en son temps aucune limite au joueur. Ici, les arbres, pylônes, rochers et même quelques barricades invisibles vous  barreront la route pour vous forcer à trouver le passage que le jeu vous imposera pour atteindre une destination hors-piste. Notons également que la circulation sur les routes de Fortune Valley ne semble abondante que lors des défis proposés par le jeu. Une fois en circulation libre, rares sont les obstacles, ce qui donne une impression de monde mort.

No Speed, no glory

Parlons contenu, Need For Speed Payback propose tout de même 78 jolis bolides de base grâce au Frostbite Engine parmi lesquels certaines petites perles de puissance nous donnent la ferme envie de progresser dans le jeu pour les remporter ou les acheter. Ceci sous-entend des monstres de vitesse comme l’Aston Martin Vulcan, la Ford Mustang GT ou encore la sublime Koenigsegg Regera. Néanmoins, en dépit des visuels décidément très travaillés par le studio, c’est uniquement en ces modèles de haute classe que nous ressentirons la pleine puissance des moteurs. Pour peu que nous redescendions dans les classes inférieures comme des BMW M5, Corvette Grand Sport ou autre, Need For Speed Payback ne parvient pas à nous donner la moindre dose d’adrénaline. Si bien même qu’il nous est arrivé plusieurs fois d’appuyer de manière incessante sur l’activation de la Nitro pour booster nos impressions de vitesse. Clairement dommage pour un jeu reposant sur ce concept de prise de vitesse dans des paysages variés à côté d’un système de tuning qui se veut ici plus approfondit que le précédent volet.

Need For Speed Payback propose des véhicules extraordinairesLe jeu ne propose donc pas de réelles bonnes sensations de conduite, et se contente même d’une difficulté et maniabilité très basique qui engendre une difficulté assez modérée pour le jeu de manière globale. Les vrais défis auront donc été très rares, principalement dans les courses de boss ou quelques poursuites avec la Police.

Need For Speed Horizon 3

Mais sur quoi pouvons-nous donc nous pencher pour espérer trouver un quelconque plaisir de conduite dans ce jeu donnant une mauvaise impression dès les premières heures de jeu? Histoire d’être un peu plus riche et donner un vrai système de progression, Need For Speed Payback reprend un système RPG basé sur le niveau de voiture qui vous donnera progressivement accès à certaines épreuves. Il vous faudra donc farmer les courses annexes si votre niveau reste insuffisant pour la mission histoire suivante. Ceci vous octroiera non seulement des crédits pour vous offrir un bolide plus puissant, mais surtout remporter des pièces moteur plus performantes de façon aléatoire. En effet, chaque victoire vous donnera un « loot » à appliquer sur votre voiture si du moins il augmente les statistiques de celle-ci. Dans le cas contraire, il ne vous restera qu’à la vendre pour vous donner un bonus de crédit. Dans ces missions annexes, nous retrouverons à peu près tous les types de compétition que nous propose Need For Speed Payback à savoir des courses-poursuites, du drift, du drag, du sprint, de la course sur circuit ou tout-terrain. Ensuite reviennent les classiques radars à vitesse, sauts de haute voltige ou pièces d’épaves (un système déjà vu dans Forza Horizon 3 et permettant d’obtenir pièce par pièce une voiture rare). Bref, rien de très innovateur pour ce Need For Speed Payback qui semble clairement se reposer sur un scénario bien ficelé pour tenter de plaire à un public pro-Fast and Furious.

Ce ne sera donc pas non plus une surprise cette année pour Need For Speed Payback. Après un semi-échec du premier vrai jeu de Ghost Games en 2015, ce nouvel opus ne se contente que d’un scénario assez consistant pour chercher un public de joueur peu exigeant en matière de conduite et de sensations de vitesse. Le jeu ne propose aucun réel défi et ne fait que balader les joueurs d’un point à l’autre sans un sublime faux open-world imposant rapidement ses limites par des décors barricade pour contenir les pilotes dur les mêmes tracés tout au long de l’aventure. Seul reste le côté tuning du jeu qui nous permet de conduire des voitures au look parfois improbable, quoique toujours très limité face à l’excellent Need For Speed Underground. On s’arrête là?

Points positifs:

  • Une carte assez étendue avec des paysages variés
  • Une histoire convaincante quoique banale
  • Des visuels époustouflants
  • Une framerate très constante

Points négatifs:

  • Aucune sensation de vitesse pour 90% des véhicules
  • Un faux open-world
  • Aucune grosse nouveauté pour la franchise
  • Des dégâts de voiture très limités
  • Une conduite fort similaire pour tous les bolides


SITE OFFICIEL DE NEED FOR SPEED PAYBACK


 

APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
6,5
PARTAGER
Article précédentInjustice 2 : un événement dédié à Justice League bientôt dispo
Article suivantDESTINY 2 : Retour de la Bannière de Fer (novembre 2017)
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE