La célèbre légende du Roi Arthur fait peau neuve dans cette adaptation cinéma de Guy Richie. Le Roi Arthur: La Légende d’Excalibur est en effet une adaptation moderne du classique que nous connaissons tous, avec en vedette un certain acteur britannique Charlie Hunnam (Le Roi Arthur), connu pour on rôle de Jax Teller dans la série Sons of Anarchy de 2007 à 2013. Cette fois, le réalisateur ne se contente pas de modifier les traits de l’histoire désormais culte, mais l’innove complètement avec des scènes parfois brutales, sensibles, tragiques donnant au tout de fameux airs de film d’action tout en gardant un côté fantastique authentique. Après Merlin l’enchanteur, Excalibur ou encore Le Roi Arthur de 2004, voici notre critique du petit nouveau.

Synopsis:

Jeune homme futé, Arthur tient les faubourgs de Londonium avec sa bande, sans soupçonner le destin qui l’attend – jusqu’au jour où il s’empare de l’épée Excalibur et se saisit, dans le même temps, de son avenir. Mis au défi par le pouvoir du glaive, Arthur est aussitôt contraint de faire des choix difficiles. Rejoignant la Résistance et une mystérieuse jeune femme du nom de Guenièvre, il doit apprendre à maîtriser l’épée, à surmonter ses démons intérieurs et à unir le peuple pour vaincre le tyran Vortigern, qui dérobé sa couronne et assassiné ses parents – et, enfin, accéder au trône…

Après avoir visionné le film une première fois sans savoir réellement à quoi nous attendre, le constat est là: 2 heures de pur bonheur pour les fans du genre. Oui, Le Roi Arthur: La Légende d’Excalibur est de ces films sachant parfaitement tenir un public en haleine durant plus de 2 heures sans forcer sur les passages de romance cassant l’action ou sans chercher à approfondir les relations entre les protagonistes pour camoufler un scénario peu charnu. Les scènes d’action n’y sont toutefois pas abondantes, mais surtout marquantes par les différents angles de caméra, une bande-son du tonnerre et surtout, des acteurs charismatiques. Aux côtés de Charlie dans le rôle du roi Arthur, nous retrouvons en effet des noms tels que Aidan Gillen (Game of Thrones), l’excellent Jude Law (Sherlock Holmes) qui incarnera le méchant de l’histoire Vortigern avec brio ou encore Djimon Gaston Hounsou dans le rôle de Bedivere pour ne citer qu’eux. Seule la performance d’Astrid Bergès-Frisbey en tant que personnage principal laissera un peu à désirer tant son jeu ne retranscrira pas assez d’émotions que ce soit au niveau des expressions faciales que dans ses mouvements. Une performance un peu « molle » qu’on avait déjà pu constater dans Pirates des Caraïbes 4 en tant que Syrena.

Après avoir visionné le film une première fois sans savoir réellement à quoi nous attendre, le constat est là: 2 heures de pur bonheur pour les fans du genre. Oui, Le Roi Arthur: La Légende d’Excalibur est de ces films sachant parfaitement tenir un public en haleine durant plus de 2 heures sans forcer sur les passages de romance cassant l’action ou sans chercher à approfondir les relations entre les protagonistes pour camoufler un scénario peu charnu. Les scènes d’action n’y sont toutefois pas abondantes, mais surtout marquantes par les différents angles de caméra, une bande-son du tonnerre et surtout, des acteurs charismatiques. Aux côtés de Charlie dans le rôle du roi Arthur, nous retrouvons en effet des noms tels que Aidan Gillen (Game of Thrones), l’excellent Jude Law (Sherlock Holmes) qui incarnera le méchant de l’histoire Vortigern avec brio ou encore Djimon Gaston Hounsou dans le rôle de Bedivere pour ne citer qu’eux. Seule la performance d’Astrid Bergès-Frisbey en tant que personnage principal laissera un peu à désirer tant son jeu ne retranscrira pas assez d’émotions que ce soit au niveau des expressions faciales que dans ses mouvements. Une performance un peu « molle » qu’on avait déjà pu constater dans Pirates des Caraïbes 4 en tant que Syrena.

En définitive, Le Roi Arthur: La Légende d’Excalibur est un parfait remaniement des éléments que nous connaissions de l’histoire originale. Chaque acteur y apporte sa touche personnelle dans leur jeu, et la mise en scène est telle que le film respire le dynamisme et la nervosité sans jamais en faire de trop. Durant 2 heures, il y aura place pour plusieurs émotions sans que l’une prenne le pas sur l’autre, restant dans un mélange homogène et évitant toute scène de trop. Nous aurons même droit de temps à autre à quelques combats épiques dignes d’un Seigneur des Anneaux avec des ennemis qui volent dans tous les sens, des ralentis, de la rage, mais surtout pas de sang. Le film arrive là aussi à faire du brutal sans tomber dans le gore, ce qui est remarquable alors que certaines grosses productions abusent de la vision du sang pour tenter de faire vendre. Le scénario est bon du début à la fin, la bande-son est épique et renforce certains moments clés du film déjà parfaitement mis en avant avec des effets visuels absolument géniaux. Il manquait toutefois quelques insistances sur des moments clé de l’histoire qui méritaient d’être approfondis, quitte à tirer le film vers les 2H30 afin de livrer une petite dose d’effets spéciaux supplémentaire, mais il est certainement une sortie film incontournable de cette fin d’été.

APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
8,5
PARTAGER
Article précédentBayonetta et Vanquish disponible sur PS4 et Xbox One en fin d’année
Article suivantDESTINY 2: Reset hebdomadaire (12 septembre 2017)
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE