Fiche technique de Prey :

Jaquette Prey PS4
Éditeur
 : Bethesda Softworks
Développeur: Arkane Studios
Date de sortie : 5 mai 2017
Type :  Survival-Horror
Langue : Français

Voilà que le studio Arkane nous livre son deuxième jeu en très peu de temps. Quelques mois après l’inoubliable Dishonored 2, les développeurs se sont cette fois attelés à la sortie de Prey, un petit nouveau mélangeant à la fois du Bioshock, Dishonored avec quelques soupçons de Half-life. Du moins, c’est ce qu’a ressenti la communauté de joueurs dès les premières minutes de jeu.

Prey est également l’un de ces jeux à l’identité forte. Il présente un scénario très original dans lequel vous incarnez Morgan Yu (un homme ou une femme selon votre choix) scientifique de renommée ayant travaillé sur les modifications neuronales. Ces recherches avaient pour but de modifier l’être humain pour lui donner des capacités exceptionnelles. Mais après des essais non fructueux sur vous-même vous voilà pratiquement nostalgique avec pour seul repère les indications laissées par des enregistrements de vous-même et des dialogues hasardeux avec votre frère, ce type louche qu’on soupçonne immédiatement de cacher un terrible secret.

PreyLa proie, c’est d’abord vous

Vous commencez donc en vous réveillant dans votre appartement le 15 mars 2032, parés à prendre la direction des bureaux de Transtar pour une série d’examens sur vos aptitudes à rejoindre la station Talos I. Vous vous rendez vite compte que ces examens n’étaient en réalité que pour tester les implants que vous avez subis au cours des jours précédents et que rien ne fonctionne comme prévu. Vous n’avez au final pas les capacités exceptionnelles que vous auriez dû acquérir. Pire encore, des créatures nommées typhons se sont emparées de la station Talos I sur laquelle vous débarquez et que vous n’avez en réalité pas quittée depuis des jours. Tout n’était que supercherie. Au fil de votre progression, vous constaterez les dégâts engendrés par ces créatures extra-terrestres mortelles ayant pris des formes variées. Vous finirez aussi par comprendre que la majorité des scientifiques de la station auront tragiquement perdu la vie, et que vous êtes le seul à pouvoir stopper ce problème, quitte à détruire la station et vous avec pour épargner la Terre. L’introduction à cette palpitante aventure sert en réalité de petit turotiel libre grâce auquel vous pouvez vous familiariser avec votre environnement et les différentes interactions qu’il propose. Vous pouvez prendre des objets en main, ouvrir une boite mail et lire les messages, interagir avec des robinets, des portes, fouiller le mobilier… Ici, Prey prend une véritable dimension de point’n clic qui est fatalement plus agréable à prendre en mains sur PC. Accrochez-vous, car une fois votre combinaison enfilée, le cauchemar ne tardera pas à commencer, clé à griffe à la main.

Cette tasse a bougé, j’en suis sûr…

Sans vous déballer la liste des typhons que vous rencontrerez (cela ne fera que vous spoiler), laissez-nous vous parler brièvement des Mimics, qui sont les premiers ennemis que vous croiserez sur Talos I. Les Mimics sont ces aliens noirs à quatre pattes aperçus maintes fois dans les vidéos de Bethesda sur le jeu. Ils sont petits, visqueux, répugnants, rapides et nous font penser à ce genre d’horrible araignée noire et velue que l’on n’aimerait certainement pas avoir en face de notre visage. Hé bien c’est un peu le ressenti que l’on a lorsqu’on se retrouve face à ces Mimics. Imaginez: vous rangez votre grenier, vous soulevez une caisse et là, une énorme bestiole de 60cm de haut surgit d’en dessous et vous agresse au visage. C’est votre pire cauchemar? Parfait, car Prey en est rempli. Cette espèce d’extra-terrestre peut effectivement se camoufler dans le décor et prendre l’apparence de n’importe quoi, ce qui lui vaut ce nom. Il faudra donc être vigilants et scruter les environs à la recherche de deux objets identiques qui, en temps normal, ne devraient pas se retrouver si proches l’un de l’autre. Prey crée donc une peur de chaque instant et nous rend paranoïaques au point de nous forcer à effectuer des tirs éclaireurs sur des tasses pou des tabourets pour être sur que la voie est libre. La tension est très palpable dans le jeu, ce qui est aussi renforcé par le sound-design et sa musique d’ambiance glauque. Mais rassurez-vous, vous ne savez pas encore le pire sur ces créatures…

N’y allez pas mains nues!

Pour survivre dans cette station, peu d’armes vous seront proposées. Nous aurons le traditionnel fusil à pompe, le pistolet et l’arme la plus utile du jeu, le Canon à Glue. Ce dernier est un outil indispensable si vous voulez venir à bout des typhons les plus féroces au début du jeu, et il se révélera être plus qu’une simple arme plus tard dans le jeu. Sa capacité à méfiez-vous des mimics dans Preygénérer des boules de glue très solides vous permettra par la suite de créer des passerelles pour atteindre des endroits cachés ou inaccessibles en temps normal. C’est ce qui aura d’ailleurs permis à plusieurs joueurs d’atteindre la fin du jeu en un temps record en accédant à un endroit situé de l’autre côté d’un gouffre. Bref, l’arsenal fourni par Prey n’est pas des plus étoffés, mais fait largement l’affaire puisqu’il n’est pas le seul à vous assister dans votre lutte. De plus, celui-ci pourra être amélioré grâce à des kits spéciaux que vous retrouverez dans l’environnement de Prey. Ils sont assez rares, il faudra donc choisir l’arme à améliorer avec précaution et choisir entre une puissance de feu, une bonne cadence, la vitesse de recharge et autres.

Combats rudes dans PreyLes neuromods, ces points de compétences

Vous vous souvenez, lorsque nous vous expliquions plus haut que Morgan Yu était un féru de modifications neuronales? Hé bien Prey vous propose directement son système révolutionnaire des neuromods. Les neuromods vous permettent de modifier vos neurones et vous octroyer des capacités dépassant votre imagination. Oui, comme le fait de pouvoir prendre l’apparence d’un rouleau de papier toilette. On voit qui a regardé les bandes-annonces! Entre autres, les neuromods vous permettront de réaliser des attaques à distance sur les typhons, de pirater des systèmes, soulever des objets lourds ou prendre l’apparence d’à peu près n’importe quel petit objet placé dans le décor. Ils feront office de points de compétence, et autant vous dire que l’arbre de compétences est bien fournit. Ces neuromods se trouveront facilement si vous vous acharnez un tant soit peu sur les missions annexes. Ces dernières ne sont absolument pas nécessaires pour la progression du scénario, mais elles vous offrent donc la chance d’acquérir des compétences qui pourront très certainement vous sauver la mise.

A quoi servent les neuromods dans PreyPrey est une réelle bonne surprise. Vous démarrez le jeu en tant que proie face à ces typhons aux apparences imposantes et aux capacités mortelles, et vous finissez petit à petit par être un combattant exceptionnel, que rien ne pourra arrêter. Prey propose donc un gameplay très dynamique, progressif, passant de l’infiltration à l’action de manière subtile. Le scénario englobant tout ceci n’est pas très copieux, mais fait le café, car l’environnement créé par Arkane et les ennemis qui vous font face ne laissent aucun répit à vos nerfs. Le soft est très dynamique, prenant et complet malgré une patte artistique datant un peu, mais qui fait malgré tout le charme des réalisations d’Arkane. Prey est sans aucun doute l’un des titres immanquables de cette année 2017.

Points positifs:

  • Une ambiance pesante et un environnement stressant
  • Des créatures imposantes, parfois très surprenantes
  • Un gameplay nerveux et très efficace
  • Un côté RPG complet
  • Un scénario simple mais prenant

Points négatifs:

  • Des visuels qui datent encore un peu trop
  • Une difficulté parfois un peu trop élevée (die and retry)
  • Des temps de chargement trop longs entre chaque zone et chaque mort


SITE OFFICIEL DE PREY


 

APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
9
PARTAGER
Article précédentZombies Chronicles: un nouveau trailer pour le DLC de Black Ops 3
Article suivantArizona Sunshine arrive sur PS VR en juin
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE