Fiche technique de Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands

Ghost Recon Wildlands

Éditeur et Développeur : Ubisoft
Type : Action-Infiltration / TPS
Date de sortie : 7 mars 2017 sur PS4, Xbox One et PC
Langues : Français
Multijoueur : En coopération
Version testée : PS4

Que l’attente fut longue. Nous allons pouvoir prendre nos billets d’avion et découvrir ce magnifique pays qu’est la Bolivie. Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands pointe le bout de son nez et vient s’installer confortablement sur nos consoles et PC préférés. S’inspirant de The Division, les mécaniques de jeu et le concept sont déjà très précis. Cependant, après quelques modifications effectuées au cours des différentes bêta qui ont été proposées, il est temps de confirmer nos bonnes impressions en découvrant cette version finale.

Ghost Recon Wildlands

Bienvenue en Bolivie !

La Bolivie vient de tomber dans la corruption et par la même occasion est devenu le plus grand pays producteur et fournisseur de cocaïne au monde. À qui la faute ? El Sueno et son cartel de la Santa Blanca. Sa puissance militaire et financière sont tellement importantes qu’il est considéré comme celui qui dirige le pays. La situation préoccupe tellement le gouvernement des États-Unis, qu’une unité d’élite est envoyée sur place pour mettre fin à ce fléau. Il s’agit là de l’opération « KingSlayer ». Le script comme vous pouvez le constater, n’est pas inintéressant. Cependant il n’invente rien et reste très hollywoodien dans le style.

À partir de cet instant, c’est à vous de jouer. Vous devrez créer votre personnage, celui qui dirigera les opérations sur le terrain. Le choix d’incarner un homme ou une femme s’offrira à vous et pour le reste on campe sur du basique avec une multitude de visages, vêtements et accessoires. Après cette étape, vous serez plongé dans les contrées montagneuses d’une Bolivie laissée aux mains de narcotrafiquants.

Ghost Recon Wildlands nous offre du contenu

Pour commencer, il faut bien reconnaître que la Bolive qui nous est présentée par Ubisoft est extrêmement bien modélisée et plutôt facile à découvrir vu le nombre de transports qui sont proposés. Voiture, tractopelle (pour le délire) moto, bateau, hélicoptère (très agréable) ou encore avion sont jouables immédiatement et cela nous a rassuré. On notera cependant, quelques problèmes de textures des routes et des paysages qui apparaissent lorsque l’on se déplace.

En effet, si Ghost Recon Wildlands est un jeu d’action militaire, il n’en reste pas moins un grand monde ouvert avec 21 régions qu’il faudra parcourir pour s’occuper des 26 bosses du cartel. Pour accéder à la région suivante, il sera impératif de terminer les missions de la trame principale d’autant plus que chaque zone aura son lot de missions secondaires.

Des missions secondaires à ne pas délaisser

Justement, lorsque nous avions testé la bêta, on avait le sentiment que refaire des missions annexes similaires dans chaque région pouvait dans le temps, nous ennuyer. En réalité pas du tout et limite on vous dira qu’elles sont nécessaires à votre équipe si vous voulez faire face aux bosses les plus compliqués dans de bonnes conditions. Pour que vous compreniez le système mis en place sur Ghost Recon Wildlands nous allons vous le détailler ci-dessous :

  • Les armes : bien que votre équipement de départ soit plus que convenable, il vous faudra trouver les « Intel ». Ces informations vous permettront de localiser de nouvelles armes et pièces d’armurerie (canon long, viseur, etc).
  • Les points de compétences : si vous obtenez ces derniers en avançant dans l’aventure (un point de compétence à chaque niveau obtenu) sachez que  les « Intel » vous indiqueront également les points de compétences qui sont disséminés un peu partout sur la carte. Ils vous permettront par exemple d’acquérir une visée plus stable ou des capacités supplémentaires pour votre drone.
  • Le balisage des ressources : bien que vous dirigiez un groupe d’élite, vous aurez besoin de collaborer avec les troupes rebelles qui tiennent tête au cartel de la Santa Blanca et aux forces de l’Unidad. Pour cela il vous faudra baliser un maximum de conteneurs (médicaments, communications, alimentaires etc) et réussir les missions d’aide aux forces rebelles. Si cela vous semble inutile, sachez qu’en échange les locaux vous rendront la pareille en effectuant des tirs de mortiers dans votre zone de combat ou en vous livrant un véhicule sur le lieu où vous vous trouvez.

Par ailleurs les missions principales sont assez variées. Élimination de cible, libération d’otages, collecte de renseignements, il y en a pour tous les joueurs, d’autant plus qu’elle ne se dérouleront jamais de la même façon en fonction de l’approche que vous employez. Point positif supplémentaire : la liberté du joueur. Comme l’avaient avancé les développeurs du jeu, les missions peuvent s’effectuer dans l’ordre que l’on souhaite. De plus le niveau de difficulté choisi changera complètement la donne notamment en ce qui concerne le comportement de l‘I.A et les dégâts que vous feront subir les ennemis.

Une coopération digne d’intérêt

Ghost Recon Wildlands vous entraînera donc à éliminer une multitude d’ennemis et de boss un petit peu à la façon de Mercenaries qui était sorti sur PlayStation 2 au début des années 2000. Vous pourrez essayer de sauver le monde en solo en vous appuyant sur trois coéquipiers gérés par l’I.A de manière efficace, toutefois c’est en coopération que le challenge devient vraiment intéressant. Dans les niveaux très avancés, les ennemis vous repéreront beaucoup plus vite et les moyens employés seront d’un autre acabit avec l’arrivée d’hélicoptères surarmés ou bien même de tanks. Si à cela, vous ajoutez la visée très incertaine de vos coéquipiers humains, quelques moments pourraient s’avérer très compliqués. C’est à ce moment-là que l’intérêt tactique du jeu prendra toute son ampleur et qu’il faudra parfaitement vous coordonner.        

Le PvP sur Ghost Recon Wildlands, c’est pour bientôt !

Enfin pour ceux qui souhaiteront pousser l’expérience un peu plus loin, du PvP est prévu par Ubisoft dans les semaines à venir. Le but sera d’affronter une équipe de 4 joueurs réels, dans des affrontements tactiques et pour lesquels les modes n’ont pas encore été dévoilés par l’éditeur français à ce jour.

Points positifs:

  • La Bolivie est magnifiquement rendue
  • Le level design bien réalisé
  • Du contenu pour les connectés du shoot
  • La longueur de la trame principale
  • Le monde ouvert
  • Le côté RPG qui fonctionne
  • L’intérêt du mode Coopération
  • L’I.A. alliée qui assure

Points négatifs:

  • L’absence de charisme de vos alliés même si les histoires de militaires qu’ils racontent peuvent être hilarantes.
  • L’I.A. des ennemis laissant à désirer en difficulté Arcade, Standard et Avancée.
  • L’absence du PvP pour le moment.
  • Un scénario très classique voire trop.
  • Les textures des routes et des paysages qui apparaissent lorsque vous vous déplacez
  • Quelques bugs

Site officiel de Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands


 

APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
8.5
PARTAGER
Article précédentBorderlands 3: les premières informations
Article suivantYooka-Laylee sur PS4, Xbox One et PC
Passionné de jeu vidéo et de cinéma depuis toujours, Alex Kidd sur la Séga Master System fut ma première drogue. À ce jour j’essaie par plaisir, de m’aventurer un peu plus, dans les coulisses du jeu vidéo.

LAISSER UN COMMENTAIRE