Fiche technique de Tales of Berseria :

Tales of Berseria

Développeur : Bandai Namco Games
Éditeur : 
Bandai Namco Games
Date de sortie : 27 janvier 2017 sur PS4
Type : J-RPG
Langue : Anglais / Japonais sous-titré français
Multijoueur: Non

La saga Tales of, c’est une quinzaine de jeux qui vous feront découvrir un monde fantastique, rempli de couleurs, de magie et qui vous demandera surtout du temps pour les finir. Voici donc le très attendu Tales of Berseria qui se déroulerait 1000 ans avant le très bon Tales of Zestiria, mais le pari semble être risqué. Après avoir déçu les fans avec des épisodes jugés au rabais pour certains, est-ce que ce seizième épisode va réussir à renouer la franchise avec ses fans?

La vengeance est un plat qui se mange froid

Vous incarnez Velvet Crowe, une jeune femme (pour la première fois!) qui vit dans un village isolé du monde, mais où les gens vivent avec la peur au ventre, car le monde est sous la menace d’une maladie inconnue qui transforme les êtres humains et même les animaux en démons. Vous suivez donc la jeune adolescente dans une quête de vengeance après avoir tout perdu et après avoir été trahie par un être cher. A la suite de cet événement, vous contractez la maladie et acquérez des pouvoirs de démon dans votre bras gauche qui vous permettra de vaincre vos ennemis. Vous parcourrez donc le vaste monde du Wasteland afin d’assouvir votre soif de sang et ferez une multitude de rencontres qui étofferont votre petite équipe.

Tales of BerseriaDes combats très agréables à jouer

Durant son long périple, Velvet fera des rencontres avec des gens parfois peu recommandables, mais qui se joindront à elle afin de l’accompagner dans sa quête de vengeance. Ici, pas de place pour l’amour, l’amitié ou l’affection. Une seule chose obsède chaque membre de votre équipe (ou presque tous), la traque d’une cible. Vous devrez faire face à des ennemis puissants qui se mettront en travers Tales of Berseriade votre route, mais une des qualités du jeu repose justement sur vos alliés, car vous pouvez clairement compter sur eux.  Lors des phases de combat, Velvet et ses compagnons auront chacun un rôle bien précis, que ce soit directement au corps à corps comme la jeune femme ou bien en arrière-plan en tant que soutien et soigneur. Chaque personnage est donc important.

En effet, afin de prendre l’avantage sur votre ennemi il ne suffira pas de disposer d’alliés. Il faudra aussi créer des listes de combos qui pourront briser la garde de votre adversaire, l’étourdir ou lui infliger des dégâts mortels. Vous devrez également gérer le nombre d’âmes à disposition, car utiliser des Artes (compétences) consomme des âmes que vous pourrez regagner en triomphant de votre ennemi. Les démons  fonctionnent de la même manière. Faites donc attention, vous pouvez leur prendre des âmes en les étourdissant, diminuant par la même occasion les combos qu’ils peuvent effectuer. Si vous restez en position défensive, vous pourrez régénérer vos âmes pendant un certain laps de temps, alors qu’effectuer des esquives décharge votre jauge, mais elle vous permet aussi de surprendre les ennemis et éventuellement briser leur garde. Il faut savoir que réaliser une esquive avec un timing parfait vous donne droit à un petit bonus.

Le système de combat quant à lui reste fort proche des précédents épisodes, ce qui le différencie fortement, c’est la liberté totale pour se déplacer dans l’arène de combat et de pouvoir gérer à votre guise la position de la caméra. Les Artes peuvent être configurées comme vous le désirez, laissant ainsi une large liberté d’enchaînements à utiliser. Les compétences sont séparées selon une certaine place dans l’ordre de vos combos, vous pouvez assigner quatre coups différents en une seule touche pour ensuite sortir votre combinaison en martelant le bouton. Au final si vous pensez que le gameplay s’avère assez simple c’est parce que tout le plaisir du jeu se fabrique dans le menu.

Des environnements un peu bancals pour Tales of Berseria

Tales of Berseria est avant tout un J-RPG et les combats ont une place majeure dans le jeu, mais les graphismes ont souvent une certaine importance eux aussi. Le titre japonais souffre malheureusement un peu au niveau texture et phases d’exploration, car les donjons etTales of Berseria les décors environnementaux semblent avoir été peu travaillés et sont parfois sans vie, la faute à un moteur vieillissant (le jeu étant aussi sorti en premier lieu sur PS3 au Japon). Heureusement, Tales of Berseria dispose de petites saynètes fort sympathiques qui vous feront sûrement sourire et d’autre qui vous feront un peu plus réfléchir vis-à-vis de vos personnages. Un autre point fort du jeu est son temps de chargement pratiquement inexistant, ainsi les transitions se font quasiment instantanément y compris lorsqu’un combat se déclenche, ce qui est très appréciable pour un titre qui vous prendra plusieurs dizaines d’heures à finir.

Une musique en accord avec l’environnement

Même si les phases d’explorations et les combats dans les donjons semblent être un peu vides, on ne peut s’empêcher de savourer ces petits moments agrémentés d’une douce mélodie qui ne paraît ni trop longue ni  trop répétitive, ainsi vous pourrez jouer pendant des heures en appréciant la qualité de la bande-son du jeu. D’ailleurs, vous découvrez le jeu avec un opening juste incroyablement beau et rythmé en action. De quoi avoir la chanson sur son ordinateur après.

Tales of Berseria

Pour résumé, Tales of Berseria est une grosse réussite.  Vous incarnez une jeune fille qui n’en a rien à faire du monde ni des problèmes des gens qui l’entoure, elle ne lèvera pas le petit doigt pour sauver qui que ce soit, la ou un héros commun se jetterais corps et âme pour sauver cette personne en détresse, Velvet casse les codes, elle est sans cœur, froide et elle est sacrément badass. Le titre est bourré de qualités, comme ces combats dynamiques et rapides, ces temps de chargement inexistant, sa bande-son magnifique et des personnages à qui on s’accroche très rapidement. Tales of Berseria nous fait oublier les mini défauts et nous fait vibrer du début jusqu’à la fin, après y avoir joué, tout ce qu’on souhaite, c’est un prochain titre tout aussi réussi que celui-ci.

Points positifs:

  • Velvet une héroïne attachante, charismatique et qui casse les codes.
  • Une histoire sombre et entraînante.
  • Des combats nerveux et bien rythmés.
  • Une musique parfaitement bien réalisée et conforme au monde .
  • Un opening remarquable.

Points négatifs:

  • Traduction française un peu mal rédigée.
  • Des dialogues un peu bancals.
  • Des graphismes qui auraient mérité un peu plus de travail.


SITE OFFICIEL DE TALES OF BERSERIA


APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
8,5
Article précédentCapture du drapeau : nouveau mode de jeu d’Overwatch
Article suivantTEST – Dragon Ball Fusions sur Nintendo 3DS
Immense fan de jeux vidéo, manga, cinéma et comics. Le jeu vidéo a pris une place importante dans ma vie plus qu'un simple passe-temps, une véritable passion c'est grâce à 4WAG que je peux enfin réaliser un rêve de gosse. Joueur sur Playstation 4, les meilleurs jeux à mes yeux sont Assassin's Creed, Last of us, God of war et uncharted.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here