Fiche technique de Nioh :

Nioh en exclusivité sur PS4Développeur : Koei Tecmo / Team Ninja
Éditeur :
Sony
Date de sortie : 8 février 2017 sur PS4
Type : Action RPG
Langue : Anglais sous-titré français
Multijoueur: oui

NioH fait partie de cette catégorie de jeux au développement tortueux, lent et dont la sortie se faisait attendre des années durant. A l’instar de The Last Guardian ou, plus récemment Friday the 13th, Nioh a été annoncé il y a de cela quelques années, en 2005 plus exactement. Initialement prévu sur Playstation 3, c’est 12 ans plus tard que Tecmo Koei et Team Ninja nous proposent un titre ayant finalement trouvé son identité, étrangement fort similaire aux jeux de FromSoftware, Dark Souls, Bloodborne et Demon’s Souls. Kou Shibusawa, PDG de Tecmo Koei a toujours cru au projet NioH, jusqu’à ce que celui-ci débarque finalement sur cette nouvelle génération de console avec un design dépoussiéré et remis à neuf.

Un scénario primordial

Le projet initialement axé JRPG est donc devenu un jeu d’action dans la veine des Souls, offrant à sa communauté de joueurs un vrai défi, une difficulté constante. NioH n’est pas à recommander à tout le monde. Le studio s’est en effet concentré sur le côté à la fois punitif, mais très gratifiant. On lui collera d’ailleurs l’étiquette de jeu dédié aux hardcore gamers qui n’ont pas de mal à souffrir et enchaîner les essais pour essayer de venir à bout d’un boss voire d’un PNJ ayant attaqué en traitre.

Nioh et son scénario prenantTout en vous plongeant dans un monde inspiré des récits de William Adams, le premier Samouraï occidental, vous voyagerez dans de multiples contrées du Japon en rencontrant des créatures tirées de la culture locale. Riche en couleur et en diversité, les environnements de NioH sont époustouflants et regorgent de secrets. Les décors ont été travaillés de façon minutieuse, et certaines situations nous mettront très clairement en face de tableaux artistiques qui n’attendent que nous pour être explorés, mais dont les pièges seront légion. Ne vous laissez pas avoir par la beauté des fleurs sous vos pieds, ou l’air apaisant de ses forêts, car ce premier opus d’une franchise encore méconnue pourrait bien vous faire criser plus d’une fois. Les ennemis sont fourbes, se cachent et parfois même, peuvent sembler être passifs.

Nioh et ses décors sublimesNioh joue la carte tactique

Sans parler de ces tâches de fumée grises au début intrigantes qui, lorsque l’on s’approche d’elles, font intervenir l’un de ces ennemis supérieurs à la vie accrue et aux coups dévastateurs. Nioh, c’est avant tout un défi lancé aux joueurs à travers une aventure épique digne des plus grands contes japonais. Son bestiaire en est d’ailleurs bien impressionnant. Autant vous dire que la Team NINJA a mis les petits plats dans les grands et nous dévoile un bestiaire regorgeant de créatures aux apparences très distinctes. Pour certains, ils vous rappelleront peut-être ce vieux tableau accroché au mur d’un restaurant chinois que vous aviez l’habitude de fréquenter étant plus petit. Pour d’autres, leurs têtes auront probablement été tirées de l’imagination glauque de la dev team avec un soupçon Nioh combat de bossd’inspiration provenant de FromSoftware..ou le manga Berserk? Mais ce qui différencie Nioh des productions de ce studio, c’est probablement les combats contre les boss. Ceux-ci, contrairement à ceux d’un bon Dark Souls dans les jambes desquels nous pouvons jouer pour tenter de les rendre confus, sont de taille presque humaine. Il faudra alors user de votre agilité légendaire et aiguisée par vos années passées sur le jeu d’action du genre pour espérer les hacher menu par derrière, puisque les dégâts sont assez souvent accrus lorsque vous les prenez en traitre.

Dans la plupart des cas, le jeu vous demandera d’abord d’étudier attentivement le comportement de chaque ennemi ultime, afin de calculer le moindre mouvement. C’est après avoir analysé les 4-5 offensives qu’un ennemi peut vous lancer que vous serez à même de parer chaque coup avec un timing parfait, ou de simplement trouver le point faible qui les fera vaciller en un rien de temps.

On remarquera pour terminer les 3 postes de combat affichées dans le hub du jeu. Par une simple pression de la touche L1, il est possible d’alterner à tout moment entre différentes postures toutes différentes. L’une d’elle, la posture basse, vous permettra d’infliger des coups de manière rapide, mais ne provoquera pas beaucoup de dégâts. A contrario, la posture « haute » portera des coups puissants à vos adversaires mais a le désavantage de rendre votre personnage assez lent. A vous de voir donc ci l’ennemi situé en face de vous nécessite une élimination rapide ou si vous préférez sécuriser votre gameplay par de petites interventions entrecoupées de phases de garde (utile contre les boss).

Un côté RPG très présent

D’ailleurs, histoire de transformer votre prochaine victime en sushis, NioH vous offre une panoplie d’armes catégorisées selon un code de couleurs que l’on peut maintenant retrouver dans plusieurs RPG. On obtient ainsi les armes incolores, bleues, violettes et jaune signifiant chacune un niveau de rareté. Mais la rareté ne rime en rien avec la nécessité. Le fait de s’équiper d’une pièce d’armure, d’une arme ou autre dans Nioh passe surtout par son niveau et ses effets de statut. Ceux-ci vous apporteront beaucoup de bonus avantageux dans votre périple au fin fond du pays du soleil levant en vous octroyant par exemple une résistance à certains dégâts élémentaires, une réduction des dégâts répétés de poison, mais aussi des bonus tels qu’une augmentation de votre chance d’obtenir des équipements attractifs sur les ennemis ou de l’or et ainsi monnayer vos nouvelles armes dévastatrices.

Masque NiohOui, Nioh possède un énorme côté RPG. A côté des bonus d’armes et des avantages de niveau, William possède un tableau de stats pouvant être améliorées à l’aide d’Amrita récupéré sur les ennemis. Cette montée en niveau fonctionne ainsi parfaitement comme les jeux de FromSoftware et leur système de récolte d’âmes. Farmer les ennemis avant d’affronter un boss n’est dès lors pas une mauvaise idée puisque cela vous permettra d’augmenter vos points de vie, votre endurance, votre aptitude à porter beaucoup de poids ou augmenter vos pouvoirs élémentaires (chut, ça, c’est du spoil!).

Les esprits protecteurs font de NioH un jeu unique. Au départ, il vous sera demandé de choisir entre 3 esprits très différents tant dans leur apparence que dans les bonus qu’ils vous apporteront tout au long du jeu. Dans notre cas, il s’agit de Daiba-Washi, le faucon gardien de l’élément vent. Il offre pour sa part un bonus pour les capacités d’esquives qui s’avèrent essentielles dans un jeu de ce genre. Les autres options sont Osonade, le requin amplifiant la capacité de percevoir les ennemis ou Kato, l’esprit gardien proposé dans la bêta du jeu et renforçant vos attaques. Il faudra donc faire un dilemme dès le début du jeu, mais rassurez vous, ce choix ne sera pas définitif et d’autres esprits pourront être acquis plus tard dans le jeu.

Pas de PvP au lancement, oui mais…

Si nous pouvons reprocher à NioH de ne pas proposer de mode PvP pour le lancement ce 9 février, un patch devrait l’ajouter peu de temps après, selon les déclarations des développeurs faites en janvier dernier. En attendant, une fonctionnalité vous permet d’invoquer d’autres William à votre secours pour réaliser certaines étapes du jeu en coopération. Cela nécessitera toutefois un consommable appelé Coupe Ochoko qui est relativement rare dans le jeu. Il faudra donc choisir avec précaution les moments dans lesquels vous avez vraiment besoin d’aide pour ne pas gaspiller ces chances.

Éprouvant, mais avant tout très prenant, NioH nous mène la vie dure des heures durant. La Team NINJA a réussi à nous livrer un jeu aussi remarquable dans sa direction artistique que dans son gameplay. La prise en main de William est parfaite, et les mécaniques de jeu sont assez bien calquées sur les créations de FromSoftware, ce qui ne devrait pas du tout perturber les fans. Ceci dit, NioH manque un peu d’identité de ce côté, puisant un peu trop ses idées sur celles d’Hidetaka Miyazaki et ses équipes. Toutefois, il offre un level design resplendissant et des décors respectant avec brio la thématique du Japon et ses légendes. Nous nous retrouvons au final devant un projet tout autre que ce qui nous était promis sur PS3, offrant un côté RPG copieux, des combats très nerveux et des affrontements titanesques, des ennemis impressionnants et un univers qui lui est propre. Ne parlez pas ici de personnalisation de héros, car la trame narrative de Nioh semble bien tracée. Même si les cinématiques sont rares, elles n’en restent pas moins époustouflantes et relatent une aventure que l’on a hâte de dévorer encore et encore au fil des chapitres de ce voyage exotique.

Points positifs:

  • Un gameplay rude, des victoires très gratifiantes
  • Le choix entre fps constants ou résolution constante
  • Un bestiaire très varié
  • Une aventure prenante
  • Des combats variés par les 3 postures de samouraï
  • Les différentes apparences des équipements
  • Un protagoniste charismatique

Points négatifs:

  • Un manque de personnalité dans le gameplay, en général
  • Nécessite un certain temps d’adaptation pour le côté RPG
  • Quelques petits soucis de caméra


SITE OFFICIEL DE NIOH


 

APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
8,5
PARTAGER
Article précédentCritique Cinéma – Resident Evil Final Chapter
Article suivantTEST – Dragon Quest VIII : l’Odyssée du Roi Maudit sur 2DS et 3DS
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE