Après The Division et plus récemment Watch Dog 2, Ubisoft va bientôt nous proposer un nouveau TPS en mode guerre tactique. En effet, Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands va s’infiltrer sur nos plateformes préférées dès le début du mois mars prochain. Cependant, avant cela, il sera temps pour nous, pour vous, de s’essayer à la vie d’un Ghost avec une bêta fermée.

Ghost Recon WildlandsVous avez chez vous une PlayStation 4, une Xbox One ou encore un PC, vous aurez peut-être la possibilité de vous aventurer dans cette bêta qui se tiendra du 3 au 6 février 2017. Si vous êtes en manque d’exotisme, de soleil et de décors montagneux, Itacua et la Bolivie vous invitent à passer une quelques jours en plein territoire hostile. N’oubliez pas vos nécessaires de toilette et quelques rechanges. Des fusils d’assaut, des explosifs seront mis à votre disposition afin que vous puissiez profiter un maximum de votre voyage.

Si cette bêta sera jouable en coop comme en solo, le cartel de la Santa Blanca vous recevra avec les meilleures intentions. Outre son poste de responsable du trafic de drogue sud-américain, La Reina de la Belleza se mettra en quatre afin que vous sentiez comme chez vous. El Yayo vous fera découvrir les productions locales comme la cocaïne et pour ce qui concerne de la sécurité, les talents reconnus d’El Muro en la matière, ont déjà fait leurs preuves un peu partout dans le monde. Bref, vous l’aurez compris il ne sera pas simple malgré une multitude de véhicules, équipements et armes en tous genres, de stopper leur chef, El Sueno, qui fera office de GO tout au long de votre séjour.

Il sera possible d’inviter trois amis à participer à la bêta de Ghost Recon Wildlands

Pour participer à cet événement, rien de plus simple. Inscrivez-vous à cette bêta fermée en cliquant ici. L’autre bonne nouvelle c’est que vous pourrez inviter trois de vos amis à goûter aux joies des centres de vacances en plein air. Pour rappel, Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands sera disponible le 7 mars 2017 sur PS4, Xbox One et PC.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE