Fiche Technique de Yo-Kai Watch:

Yo-Kai Watch jaquetteDéveloppeur: Level 5
Éditeur: Nintendo
Date de sortie: 29 avril 2016 sur 3DS
Type: Aventure
Multi: Non
Langue: Français
Version testée: 3DS

Ce n’est qu’après plusieurs années après sa sortie au Japon que Yo-Kai Watch débarque chez nous, en Europe, avec un concept à la fois nouveau mais similaire à un certain Pokémon. La nouvelle franchise de Level 5 débarque donc ici dans sa version Française auprès de joueurs qui ne savent pour l’heure pas grand chose sur la licence, alors qu’à l’autre bout du monde, Yo-Kai Watch est déjà culte. Les goodies, jeux de carte, dessins animé font partie de quotidien des jeunes japonais, et le jeu vient aujourd’hui comme ambassadeur pour faire connaître ses petites créatures à des jeunes (et plus vieux) habitués des Pokémon. Avec son concept de collection de petits monstres, le titre est très intriguant, et nous met déjà en confiance à la vue du studio qui l’a créé. Level 5 est en réalité l’équipe de développeurs japonais à l’origine de la série de jeux à succès Ni No Kuni. Du coup, on se dit immédiatement que Yo-Kai Watch doit nous réserver de belles surprises, d’autant plus qu’un deuxième opus est déjà sorti au japon en 2014 et un troisième est sur le point de débarquer au pays du soleil levant.

Yo-Kai Watch Monsters

Yo-Kai Watch, si proche de Pokemon?

Dès le début de votre aventure, Yo-Kai Watch vous plonge dans un univers très bien mis en place et propose une cinématique d’introduction digne d’un dessin animé. Le doublage français est très bien réalisé et la 3D travaillée comme il faut. Nous débarquons donc dans notre chambre (tiens, tiens!), et c’est à partir de là qu’il ne faudra à Yo-Kai Watch qu’une bonne dizaine de minutes pour mettre son concept en place. Armé de votre Yo-Kai Watch, vous devrez arpenter les rues de votre petite ville a la recherche de Yo-Kai, des petits monstres sans évolution qui rejoindront votre équipe pour vous aider au mieux dans votre lutte contre différents boss. Ici, contrairement à Pokémon, il ne s’agit pas de capturer les Yo-Kai, mais leur façon de rejoindre votre équipe à l’issue d’un combat semble complètement aléatoire, et c’est ici que Yo-Kai Watch réalise son premier faux pas. Notre équipe de 6 petits monstres ne pourra alors être construite sur base des Yo-Kai qui auront bien voulu se lier d’amitié avec vous.

Les combats du jeu se déroule de manière semi-active. Vos Yo-Kai continuent à se battre alors que vous naviguez dans l’interface de combat pou sélectionner le prochain monstre qui réalisera son attaque ultime sur base de sa jauge d’âme. Pour l’enclencher, il vous faudra réaliser un mini jeu assez répétitif puisqu’il n’en existe que quelques schémas. Vous devrez tourner votre stylet autour du Yo-Kai, éclater des petites bulles ou retracer un petit dessin à plusieurs reprises pour activer cette attaque aux dégât un peu plus considérables. De temps à autre, certains de vos monstres seront étourdir et devront être renvoyés sur la banc de touche afin d’être purifié par le même système de mini-jeu. La pénalisation se passe ici en rapport avec le temps nécessaire à la purification, et qui du coup ne peut être mis à profit durant le combat pour utiliser une potion ou réaliser une attaque ultime.

Yo-Kai Watch screenshot

Le déséquilibre de la Force

De temps à autres, vous aurez affaire à des boss, de gros Yo-Kai imposants et contre lesquels les combats prennent un réel côté challenge. Hélas, les combats contre les petits Yo-Kai sont assez faciles, mais sont en contraste avec les combats de boss. Ces derniers sont en effet bien plus durs et mettent la barre à un niveau supérieur aux combats traditionnels. Un gros déséquilibre dans la difficulté du jeu, ce qui implique que l’entre-deux combats de boss ne prépare pas du tout le joueur ni son équipe à faire face à un ennemi de cette puissance.

Yo-Kai Watch propose un univers un tantinet plus enfantin que Pokemon, toujours en gardant un très bon niveau de character design. La durée de vie fait largement l’affaire, mais le jeu souffre encore de quelques handicaps parmi lesquels le gros déséquilibre entre les combats de boss et les combats traditionnels, la façon aléatoire de s’armer de Yo-Kai plus puissants et des mécaniques de combats pouvant laisser le joueur totalement passif s’il le souhaite. De toute manière, la facilité de beaucoup de combats de rue pourrait leur permettre de simplement contempler leur équipe attaquer les ennemis au hasard sans toucher à une quelconque attaque ou objets. Le concept reprend en effet beaucoup de Pokémon comme la gestion d’une équipe de 6 Yo-Kai, le centre de soin ici représenté par un Yo-Kai en forme de gros œil vert et la schéma de la trame narrative d’un petit garçon partant à l’aventure pour devenir plus fort grâce à son équipe de petits monstres. Yo-Kai Watch est toutefois un bon jeu 3DS que l’on se plait à  parcourir, mais ne nous rend pas nostalgique de nos années Pokemon pour autant. Le jeu a de l’idée et on peut comprendre que la licence s’exploite à merveille au japon grâce à des créatures « Kawaii », un jeu typé RPG et un monde coloré, mais a encore une certaine maturité à acquérir dans son gameplay, une maturité qui, on l’espère, aura permis à Yo-Kai Watch de s’améliorer au travers des deux opus suivants.

Points positifs:

  • Un univers sympa
  • Des créatures variées et originales
  • Une direction artistique irréprochable
  • Une durée de vie très acceptable
  • Une bonne 3D

Points négatifs:

  • Des combats semi-passifs
  • Un gros déséquilibre entre les boss et les combats de Yo-Kai traditionnels
  • Des dialogues parfois un peu enfantin
  • Pas de mode en ligne

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here