Nouveau jeu Survival-Horror développé par Techland (Call of Juarez/Dead Island) et édité par Warner Bros Games, Dying Light arrivera chez nous avec un peu de retard en version physique, mais est d’ores et déjà disponible depuis le 27 janvier en achat dématérialisé sur PS4, Xbox One, PS3, Xbox 360 ainsi que sur PC. L’occasion de prendre son pied à dégommer du zombie en haute qualité!

UNE HISTOIRE SOMMES TOUTE COMME LES AUTRES

Situé entre les styles RPG et Survival-Horror et bien plus qu’un Dead Island 1.5 , Dying Light vous plongera dans la peau de Kyle Crane, un agent du G.R.E ayant rejoint une faction de survivants après un atterrissage raté au milieu de vagabonds pour le moins violents et des zombies déjà en quête de chair fraîche. Après s’être fait emmener dans leur Q.G, la Tour, Kyle devra commencer par effectuer plusieurs missions pour le bien-être de la faction tout en continuant de servir les intérêts de G.R.E à côté, parfois en contradiction avec les missions que lui imposent les survivants de la Tour.

Ayant pour sensation un air de déjà-vu, vous aurez bien évidemment comme quête principale votre survivre dans cette ville hostile en monde ouvert, mais aussi la recherche d’informations manquantes sur le virus à l’origine de ce mal transformant les gens en véritables bêtes sauvages. Ceci constituera donc votre quête principale, mais il est des missions annexes seront également de mise, entre sauvetages de survivants ou petits services rendus aux membres de votre faction.

LE GUIDE DE SURVIE

Craft et déplacements rapides seront les bases essentielles du gameplay et ce monde ouvert bien rodés. Mais se déplacer dans la ville de Haran ne sera pas aussi simple que d’emprunter un véhicule quelconque, mais consistera à utiliser les éléments de décor comme moyen de déplacement rapide comme les toits des bâtiments, les grillages, les échelles, qui constitue le système Parkour. Fier de cela, Dying Light en aura fait un argument de vente puissant à côté du contenu large et varié. Ainsi, le Parkour vous permettra de vous rendre d’un coin à l’autre de la map sans devoir passer par les hordes de zombies zonant dans les rues de la ville. Mais les vicieux Sans titre-1développeurs de Techland ne vous laisseront pas tranquille aussi facilement. Une fois la nuit tombée, il vous sera bien nécessaire, si ce n’est de survivre comme vous le pouvez, d’atteindre une planque où passer la nuit en sécurité, car les toits de ces décors verticaux ne vous sauveront pas des coureurs ou des cracheurs aux aptitudes sur-développées leur permettant de retrouver votre trace au moindre bruit et vous courser jusqu’à ce que mort sans suive pour lui ou vous.

2Côté craft, de nombreux matériaux nécessaires seront éparpillés aux quatre coins de la ville dans des caisses situés sur les toits, dans les poubelles, dans des mannes à l’intérieur des habitations… Vous devrez donc chercher dans tous les petits recoins possibles à la recherche d’éléments de fabrication d’armes, de kits de soins, de gadgets afin de détourner l’attention des morts-vivants ou encore de les tuer en masse. Si vous êtes du style à ne  pas perdre de temps à jouer à cache-cache, il vous sera toujours possible de fouiller les cadavres à la recherche de quelques sous pour vous procurer votre arme préférée auprès de revendeurs. Après avoir débuté votre aventure et après avoir passé le prologue, n’oubliez pas qu’il vous sera aussi possible de récupérer chaque jour une arme gratuite auprès du fabricant d’armes dans le bâtiment de votre faction.

DEVENEZ CHASSEUR DE ZOMBIE

Du coup, des compétences seront bien nécessaires à votre survie dans la ville. Ne partant que du simple stade de survivant débutant, vous aurez à gagner des points d’expérience en réalisant tout un tas de petits exploits afin d’améliorer votre endurance, votre habilité au combat et vos capacités à fabriquer de l’équipement ou des améliorations d’armes. Vous partirez ainsi armé de votre tuyau de fer, clé à molette ou autre petit objet métallique pour au final arriver à des armes bien plus lourdes comme des battes cloutées, des armes à feu ou encore machettes électriques. Vous serez ainsi propulsé au stade « Expert » en combat contre zombie après une bonne poignée d’heures de jeu.

1

Il est tout aussi important de préciser que ce système d’expérience ne sera pas à sens unique. Si les zombies de jour ne semblent pas très dangereux, une morsure de trop ou une mauvaise manipulation de votre avatar vous étant fatale, vous perdrez automatiquement de cette expérience acquise. Il n’en sera néanmoins pas de même la nuit. A ce stade, aucune EXP ne sera perdue en cas d’erreur ce qui est évidemment compréhensible à la vue de l’augmentation de la difficulté du jeu. N’hésitez donc pas à véritablement fouiller le jeu à la recherche de missions annexes pour développer vos capacités à lutter contre les ennemis.

A QUATRE, ON A MOINS PEUR DU NOIR

Côté multijoueur, Dying Light vous propose d’effectuer le mode histoire en coopération jusqu’à 4 joueurs, ce qui peut parfois rendre bethezombiebien moins hasardeuses surtout de nuit et qui constitue un des atouts principaux du jeu. Parallèlement à ce mode de jeu, vous pourrez vous défouler avec vos amis dans le pack téléchargeable à part pour 9,99€ (offert à tous ceux qui dans l’imprévu se sont vu reporter leur précommande de Dying Light en version physique) appelé « Be the zombie » où vous incarnerez un de ces mangeurs de chair fraîche faisant la chasse aux survivants incarnés par vos amis.

Outre les quelques petits bugs de jeunesse, les problèmes de mâchoire des personnages, certains problèmes mineurs de téléchargements et les petits ralentissements de framerate dont souffre le jeu, il s’adressera exactement aux adeptes des Dead Island, Left 4 Dead et compagnie, mais aussi a un nouveau public en quête de nouvelles sensations de liberté et de menace constante. Où l’entrainement et la persévérance se mêleront au plaisir de jouer, Dying Light tiendra ainsi la barre assez haute dans sa catégorie et trouvera une place pour s’imposer comme nouvelle franchise AAA  en gardant un gameplay accessible à tous et un scénario certes cliché des sujets traitants des apocalypses zombies, mais toujours aussi efficace, ce qui manquait à cette nouvelle génération de consoles.

Points positifs :

  • Le système Parkour nous donne une parfaite sensation de liberté
  • Décors très travaillés et assez dynamiques
  • Ennemis variés
  • Histoire pouvant paraitre banale, mais très prenante
  • Les variations d’agressivité des zombies en fonction du moment de la journée
  • Le système de craft à la The Last of Us
  • Le côté stratégique

Points négatifs:

  • IA parfois un peu bête
  • Gros problème de traduction ou de réalisation des humeurs faciales
  • quelques petits problèmes de framerate
  • La nuit peut parfois tomber trop brusquement

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here